Essai nucléaire en Corée du Nord : quels sont les risques de radiations ?

International
DÉCRYPTAGE – Le régime de Pyongyang a réalisé dimanche un test nucléaire, déclenchant un "plan d'urgence" en Chine et au Japon par crainte des radiations. Georges Henri Mouton, directeur général adjoint à l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, nous explique l'impact qu'a eu cet essai.

Pari réussi pour Kim Jong-un. Le dictateur nord-coréen est parvenu dimanche à effectuer un essai nucléaire, le sixième en dix ans, suscitant l'inquiétude de la communauté internationale. En particulier de la Chine et du Japon qui avaient aussitôt déclenché un "plan d'urgence" afin de détecter d'éventuelles radiations. En vain, l'essai ayant été effectué en sous-sol, comme nous l'explique Georges Henri Mouton, directeur général adjoint de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), délégué pour les missions relevant de la défense.

LCI : La Corée du Nord a effectué ce week-end un sixième essai nucléaire. Faut-il s'inquiéter d'éventuelles radiations ?

Georges-Henri Mouton : Quand il est question d'essai nucléaire, on pense aux effets qui se sont produits dans l'atmosphère. Historiquement, les premiers essais se sont en effet déroulés avec des bombes qui explosaient dans l'atmosphère. Les conséquences en l'occurrence sont radiologiques puisque la matière, n'étant pas retenue, vient se déposer à l'endroit où il y a eu l'explosion. Des particules, emportées par l'atmosphère, se répandent également petit à petit. Dans le passé, il y a eu plusieurs centaines d'essais dans l'hémisphère nord : ceux des Anglo-Saxons, des Russes, des Chinois. Ces essais - jusqu'à l'a fin des années 1970 pour les Anglo-Saxons, jusqu'au début des années 1980 pour les Chinois - ont généré des conséquences radiologiques et constituent la principale cause de radioactivité artificielle. A priori, la Corée du Nord (qui a fait un essai souterrain, ndlr) a réussi son confinement, et il ne devrait pas y avoir de rejet extérieur de matière, puisque la Chine et de la Corée du Sud n'ont détecté aucune radioactivité. A partir du moment où l'explosion est confinée, il y a seulement un effet sismique.

LCI : C'est pourquoi on est passé à des essais souterrains au fil des ans ?

Georges-Henri Mouton : L'avantage est de confiner l'explosion. C'est ce que les Nord-Coréens ont fait, afin que la matière reste emprisonnée. L'explosion se produit dans un tunnel, creusé en profondeur. Selon le type de terrain, des gaz rares – comme l'argon- peuvent s'échapper. Il s'agit de gaz se diffusant très facilement dans la matière, et qui traversent le corps humain sans être absorbés. Cela n'a pas de conséquences sanitaires, même si on peut en retrouver des doses infinitésimales à des centaines de kilomètres.

En vidéo

Armes nucléaires : les pays qui en ont, ceux qui en rêvent

"La roche s'est peut-être liquéfiée sur plusieurs dizaines de mètres"

LCI : Mais un essai nucléaire peut-il se faire sans radiation ?

Georges-Henri Mouton : Non. Dans une bombe nucléaire, il y a plusieurs effets. Tout d'abord thermique, avec une boule de feu, en l'occurrence dans le sous-sol, ce qui limite son volume et son diamètre. Cette boule a probablement vitrifié la roche, puisque les températures se comptent en millions de degrés. Autre effet : le choc, qui provoque une onde sismique. Puis, selon le type d'armes, il peut y avoir un dégagement de particules, notamment des neutrons. Enfin, si la matière parvient à se répandre, des éléments radioactifs peuvent apparaître. Ce qui, encore une fois, ne semble pas le cas ici puisque l'explosion aurait été correctement confinée.

LCI : Quelles sont les conséquences d'un point de vue écologique ?

Georges-Henri Mouton : Je ne sais pas dans quel type de roche l'explosion s'est produite. Seule certitude, il faut que cela se fasse dans une zone où des appareils de mesures peuvent être utilisés. La roche s'est peut-être liquéfiée sur plusieurs dizaines de mètres, ce qui n'est pas grand-chose à l'échelle du globe. A titre de comparaison, les Etats Unis faisaient leurs essais dans le Nevada, à une centaine de kilomètres de Las Vegas. Il y a eu des dizaines d'essais dans le désert, où les roches durcissent sans autres conséquences.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Corée du Nord-États-Unis : sommet historique entre Kim Jong-un et Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter