Et si la Grèce changeait de monnaie, combien ça lui coûterait ?

Et si la Grèce changeait de monnaie, combien ça lui coûterait ?

GREXIT - La zone euro s'est donné jusqu'à dimanche pour éviter une sortie de la Grèce, après le "non" au référendum du pays qui doit proposer ce jeudi de nouvelles propositions de réformes. En cas de sortie du pays, metronews s'est interrogé sur le coût de création d'une nouvelle monnaie nationale.

Grexit ou pas Grexit ? Dans l’attente des propositions de la Grèce, qui doit présenter, ce jeudi avant minuit, son plan de réforme à ses créanciers pour tenter d’obtenir une nouvelle aide financière de ses créanciers, et rester ainsi dans la zone euro, la question est encore, et toujours, au cœur de l’actualité. Ce plan sera examiné soigneusement ce week-end à Bruxelles au cours d’un sommet de crise qui pourrait conduire à une éventuelle sortie du pays de la zone euro, ce que peu souhaitent.

Si les pistes de sortie, inédite dans la zone euro, restent floues, et si la Grèce revenait à une monnaie nationale - l'idée d'une monnaie parallèle à l'euro, le IOU , a été évoquée cette semaine - combien cela coûterait à ses finances publiques, déjà dans le rouge ? L’exercice de projection est délicat pour deux raisons : d'une part il ne s’agit, à l’heure actuelle, que d’une hypothèse parmi un éventail d’autres et, d'autre part, le coût de création d’une monnaie est généralement tenu confidentiel, comme ce fut le cas pour l’euro.

À LIRE AUSSI >> Sortir la Grèce de l'euro : en France, qui dit quoi ?

La monnaie a un coût

Confidentiel, mais il est possible d'avoir quelques chiffres. Ainsi, pour l'euro, on sait que la fabrication des pièces coûte relativement cher, et que celles d'un et deux centimes d'euro coûtent même plus cher à produire que leur valeur faciale, comme le rapporte le blog économie de francetvinfo.fr et ce qu'a confirmé le Sénat en 2005. La valeur des billets est, quant à elle, beaucoup plus obscure.

Mais, en regardant du côté des monnaies locales créées en France – ces monnaies complémentaires et adossées à l’euro comme l’Eusko ou la Pêche – et qui n'ont imprimé que des billets sur du papier sécurisé (filigrane, braille, couleurs non reproductibles à la photocopieuse, etc.), on peut avoir une idée de leur prix : environ 10.000 euros pour des séries de billets utilisés par 3.000 personnes. Un montant qui, transposé à l'échelle de la Grèce et de sa population, donne un coût a minima de 40 millions d'euros.

À LIRE AUSSI >> Les monnaies locales alternatives gagnent du crédit

Un chiffre à manipuler toutefois avec précaution, et qui apparaît largement sous-estimé au regard d’une estimation qui a été faite au début de l’année dans le documentaire de fiction Bye bye l’euro , diffusé en février dernier sur France 5. Dans ce docu-fiction, qui tentait d’imaginer une France sortie brutalement de la zone euro, le coût de création d’une nouvelle monnaie dans l’hexagone, le Franc-euro, adossé à l’euro dans un premier temps avant d’être dévalué, était estimé à 4 milliards de… francs, environ autant d’euros. Un coût pensé pour une utilisation au quotidien par 65 millions de Français et qui, transposé au cas grec, sera inférieur, les Hellènes n'étant que 11 millions. Une fourchette qui permet d’avoir un ordre de grandeur au regard de la dette colossale du pays, estimée, elle, à... 322 milliards d’euros.

À LIRE AUSSI >> Grèce : c'est quoi le "IOU", cette monnaie provisoire qui pourrait voir le jour ?

À voir à partir de la 52e minute :

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Jean Castex veut "mettre le paquet sur la vaccination" en mars et avril

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Lire et commenter