Et voilà que Donald Trump se paie LeBron James sur Twitter

International

VENGEANCE NUMERIQUE - Le président américain n'a pas utilisé de lettres capitales pour faire part de sa colère mais d'une insulte légère pour moquer le triple champion NBA, qui l'avait accusé d'exacerber les tensions raciales aux Etats-Unis et "de diviser les Américains".

Il a eu moins eu la décence d'attendre la diffusion de l'intégralité de l'interview pour réagir. Sur Twitter, évidemment. Donald Trump semble être muni d'un radar - ou au moins d'une alerte Google - qui lui signale quand son nom est évoqué quelque part. Il a ainsi été cité par le basketteur LeBron James qui l'accuse de "diviser les Américains" selon leur couleur de peau dans un entretien réalisé mardi mais diffusé vendredi par CNN. "LeBron James a été interviewé par l'homme le plus stupide de la télévision Don Lemon. Il a réussi à faire apparaître LeBron comme quelqu'un d'intelligent, ce qui n'est pas facile à faire", a tweeté le président américain.

 "Je pense que notre président essaye de diviser" avec le sport, a expliqué le nouveau joueur des Lakers lors de son interview, revenant sur la polémique sur les joueurs de football américain qui se sont agenouillés pendant l'hymne national avant les matches.  "C'est quelque chose que je ne peux pas comprendre, parce que je sais que c'est grâce au sport que j'ai côtoyé quelqu'un de blanc pour la première fois", a ajouté le joueur de 33 ans, natif d'Akron, ville ouvrière de l'Ohio, dans le nord du pays. 

En septembre dernier, LeBron James avait déjà qualifié Donald Trump de "clochard" sur Twitter. "La chose qui m'a frustré, c'est qu'il utilise le sport pour nous diviser. Le sport est quelque chose de formidable, qui peut rassembler les gens, peu importe leur taille, leur forme ou leur race, comme rien d'autre. Je ne vais pas laisser qui que ce soit, peu importe sa puissance, utiliser le sport pour nous diviser", avait-il déjà lancé à propos du président.

Lire aussi

LeBron James est un super joueur et un super mec !- Donald Trump sur Twitter... en 2013

Le sportif avait été l'un des fervents soutiens d'Hillary Clinton lors de la présidentielle de 2016. Et il n'a pas l'intention de s'adresser directement à Donald Trump. "Je ne serai jamais assis en face de lui", a-t-il affirmé, ajoutant qu'il ne serait pas contre, en revanche, prendre place face à Barack Obama.

Ce que Donald Trump a lui oublié avant de tweeter, c'est de faire un tour dans son placard à archives numériques. D'anciens messages dans lesquels il encensait le triple champion NBA ont ainsi été exhumés par les internautes. Un signe de plus, s'il en fallait, que le président américain n'est pas à une contradiction près.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter