Etats-Unis : à 9 ans, il est harcelé à cause de son sac "My little pony"

Etats-Unis : à 9 ans, il est harcelé à cause de son sac "My little pony"

DirectLCI
BULLYING - Un Américain de 9 ans a confié être victime de harcèlement à l'école à cause de son goût affiché pour "My little pony". Plutôt que de punir les auteurs des violences, la direction de l'établissement scolaire a demandé au garçon de laisser à la maison son sac aux couleurs de ses jouets préférés.

La victime de harcèlement en milieu scolaire est souvent choisie en fonction d'une différence. Dans le cas de Grayson, un Américain de 9 ans, c'est son penchant pour My little pony, des jouets représentant des poneys colorés devenus les héros de dessins animés appréciées principalement des filles, qui lui vaut les brimades de ses camarades.

Scolarisé dans une école de Caroline du Nord, le garçon ne jouit pas d'une popularité débordante auprès de certains des autres enfants. "Ils vont un peu loin, en me frappant, en me poussant par terre, en me traitant de tous les noms, des choses qui ne devraient pas se produire", confie à la chaîne de télévision WLOS ABC News 13 celui dont le seul tort est d'avoir un sac aux couleurs de Rainbow Dash, un poney ailé arc-en-ciel.

27.000 "likes" sur Facebook

Un sac que Grayson a été contraint de laisser à la maison début mars, pour s'éviter des ennuis, à la demande... de la direction de l'école. Ce qui a le don d'agacer au plus haut point la mère du garçon, Noreen, qui ne comprend pas cette décision. "Dire que le sac est un appel au harcèlement est comme dire que la mini-jupe est un appel au viol, ce n'est pas logique, ça n'a aucun sens", plaide-t-elle tout en réclamant des sanctions pour ceux qui brutalisent son fils.

"Une mesure a été prise pour répondre immédiatement à une situation qui a créé des perturbations dans la salle de classe, se justifie de son côté l'école dans un communiqué. Les établissements scolaires du comté de Buncombe prennent le problème de l'intimidation très au sérieux, et nous continuerons à prendre des mesures pour régler ce problème." Si elle ne semble pas susciter l'émotion de l'encadrement scolaire, la situation de Grayson a touché des milliers d'Internautes : plus de 27.000 personnes lui ont apporté leur soutien sur une page Facebook créée par ses parents.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter