Amanda Gorman, la poétesse qui a marqué l'investiture de Joe Biden

Amanda Gorman, la poétesse qui a marqué l'investiture de Joe Biden

VENT DE FRAÎCHEUR - À tout juste 22 ans, la poétesse Amanda Gorman a fait sensation lors de la cérémonie d'investiture de Joe Biden. La Californienne, conviée à la demande de la First Lady Jill Biden, a récité un poème sur l'unité nationale, "The Hill We Climb", qu'elle a écrit après l'invasion du Capitole.

Le talent n'a pas d'âge. Appréciée par la nouvelle First Lady Jill Biden, tombée sous le charme de son travail, la poétesse Amanda Gorman a été invitée à composer et lire un poème, ce vendredi 20 janvier, lors de la cérémonie d'investiture de Joe Biden. Une tradition démocrate remontant à John F. Kennedy. 

Le 20 janvier 1961, Robert Frost avait récité The Gift Outright à la tribune. Après lui, quatre auteurs ont déclamé leurs vers. En 2021, la native de Los Angeles a marché sur leurs traces. À tout juste 22 ans, la sixième et plus jeune auteure à inaugurer le mandat d'un président américain a subjugué le public.

Vêtue de jaune, la tête coiffée d'une couronne rouge, l'écrivaine afro-américaine a lu un poème de sa composition, The Hill We Climb (La colline que nous gravissons, en français), un texte sur "l'Amérique unie", le thème retenu par l'administration Biden. Une ode à l'unité nationale, en écho au discours du 46e président des États-Unis. Un poème dans lequel elle fait référence à Capitol Hill, le quartier de Washington, où se trouve le siège du Congrès, pris d'assaut par des partisans pro-Trump le 6 janvier dernier. Selon le New York Times, elle avait écrit la moitié de ses vers lorsque le Capitole a été attaqué. La jeune femme a veillé toute la nuit pour terminer son travail et décrire les scènes "choquantes et violentes" qui ont ébranlé la démocratie américaine.

Toute l'info sur

Biden et Harris à la Maison Blanche

Le Capitole en fil rouge

"L'Amérique est en désordre", a-t-elle expliqué au Los Angeles Times. "Nous sommes encore aux prémices de ce que nous pouvons devenir. Et je dois mentionner cela. Je ne peux ni l'ignorer ni l'effacer. J'ai donc rédigé un poème inaugural qui évoque ces cicatrices et ces blessures. Espérons que cela nous poussera à les guérir." De nouvelles rimes ont ainsi été imaginées : "Nous avons vu une force qui préférerait briser notre Nation plutôt que de la partager, qui détruirait notre pays si cette destruction signifiait de retarder la démocratie", poursuit-elle. "Cet effort a failli réussir. Mais si la démocratie peut être par instant retardée, elle ne peut jamais être vaincue définitivement. Car si nous posons notre regard sur l'avenir, l'Histoire a le sien sur nous."

Je ne considère pas mon handicap comme une faiblesse- Amanda Gorman, poétesse et écrivaine

Des vers qu'elle a scandés, d'une voix calme accompagnée de gracieux mouvements de main, ne laissant rien transparaître de son trouble de l'élocution, un bégaiement, qui, comme Joe Biden, l'a affectée durant son enfance. Et qui l'a aussi poussée à écrire, pour compenser. "Je ne considère pas mon handicap comme une faiblesse. Cela a fait de moi l'interprète que je suis et la conteuse que je m'efforce d'être", a-t-elle affirmé. "Lorsque vous devez vous apprendre à dire des sons, lorsque vous devez être très préoccupée par la prononciation, cela vous donne une certaine conscience des sons." Nourrie de "l'expérience auditive", Amanda Gorman a écrit en écoutant les bandes sonores de The Crown, Lincoln, Darkest Hour et Hamilton. De la musique qui l'a aidée à être "dans un état d'esprit historique et épique" pour mettre un point final à son œuvre.

Lire aussi

"Le poème d'Amanda Gorman n'était-il pas superbe ?", a tweeté Hillary Clinton. Présente au Capitole avec son mari, Bill Clinton, l'ancienne First Lady a accompagné son tweet d'une photo prise avec la Californienne de 22 ans, juste après son intervention. "Elle a promis d'être candidate à l’élection présidentielle en 2036 et personnellement, j'ai hâte", a-t-elle ajouté, en clin d'œil à une sortie de la jeune femme qui indiquait en 2017 au New York Times avoir pour "objectif très lointain" la Maison-Blanche.

L'amour des mots

Élevée aux côtés de sa sœur jumelle, Gabriella, par une mère célibataire, professeure d'anglais, la femme de lettres est en CE2 lorsque son professeur lit à la classe Dandelion Wine de Ray Bradbury. Le coup de foudre est immédiat. C'est à ce moment-là qu'elle tombe éperdument amoureuse des mots, raconte le Courrier International. Les mots, Amanda Gorman en fait usage depuis pour se positionner en vers sur les violences, le racisme, le droit à l'IVG et l'incarcération des enfants migrants. 

Des écrits ayant très vite trouvé un public. En 2014, à 16 ans, elle est désignée "poétesse lauréate junior de la ville de Los Angeles". En 2017, l'étudiante en sociologie à Harvard devient la première lauréate de la version nationale du "Youth Poet Laureate", avec le poème The Gathering Place (Le lieu de rassemblement, en français). Entre-temps, la militante publie son premier recueil, The One for Whom Food Is Not Enough (Celui pour qui la nourriture ne suffit pas). Devenue l'une des plumes les plus recherchées, sollicitée par Nike l'an dernier pour écrire un manifeste pour célébrer les athlètes noirs, son talent précoce avait touché Jill Biden, dit-on, lors d'une lecture publique à la bibliothèque du Congrès. Il a marqué ce mercredi 20 janvier 2021 l'Amérique.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : "gagner du temps" avant de reconfiner, une stratégie risquée

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Les données médicales de 500.000 Français dérobées et diffusées sur internet

Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

EN DIRECT - Covid-19 : Olivier Véran est arrivé à Dunkerque pour évoquer de nouvelles mesures

Lire et commenter