L'Américain Kyle Rittenhouse, qui a tué deux manifestants antiracistes, a été acquitté

L'Américain Kyle Rittenhouse, qui a tué deux manifestants antiracistes, a été acquitté

ÉTATS-UNIS - L'adolescent de 18 ans avait été inculpé en août 2020 de meurtre au premier degré et de cinq autres chefs d'accusation. Ce vendredi, le militant d'extrême droite a été acquitté à l'issue d'un procès très suivi aux États-Unis.

Un jugement inédit. Le jeune Américain Kyle Rittenhouse, qui a tué par balle deux personnes et blessé une troisième en marge de manifestations antiracistes en août 2020 à Kenosha, dans le Wisconsin, a été acquitté ce vendredi à l'issue d'un procès très suivi aux Etats-Unis.

Lire aussi

Alors qu'il encourait la réclusion à perpétuité, les douze jurés d'un tribunal de l'Etat du Wisconsin l'ont déclaré "non coupable" des cinq chefs d'accusation qui pesaient sur lui, dont meurtres. Le jeune homme blanc de 18 ans et militant d'extrême droite, avait plaidé la légitime défense tout au long de son procès. À la lecture du verdict, il a sangloté avant de quitter rapidement la salle d'audience.

500 soldats prêts à intervenir

Ce procès, révélateur des fractures de la société américaine sur les armes à feu et le mouvement antiraciste Black Lives Matter (les vies noires comptent), a été largement retransmis dans le pays, qui attendait avec une certaine appréhension le verdict. Par précaution, le gouverneur du Wisconsin a demandé à 500 soldats de la Garde nationale de se tenir prêts à intervenir à Kenosha.

Les réactions ne se sont d'ailleurs pas fait attendre. "Qu'un adolescent puisse (...) tirer sur trois personnes, en tuant deux, sans aucune conséquence pénale est un déni de justice", a estimé Shannon Watts, la fondatrice du groupe Moms demand action. "C'est aussi l'Amérique que la NRA a créée", a-t-elle ajouté, en référent au puissant lobby des armes National Rifle Association qui milite pour un droit illimité au port d'arme.

Parmi les défenseurs de la communauté afro-américaine, l'amertume était tout aussi palpable. "C'est un nouvel exemple d'une justice à deux vitesses à l'oeuvre en Amérique", a estimé l'avocat Ben Crump, qui a défendu de nombreuses victimes de violences policières et leurs proches. Si Kyle Rittenhouse "avait été noir, les débats et leur issue auraient été très différents", a-t-il estimé.

Joe Biden appelle à "exprimer ses opinions pacifiquement"

Du côté de la Maison Blanche, le président américain Joe Biden a appelé au calme. Le verdict "a plongé de nombreux Américains dans la colère et l'inquiétude, moi y compris", a-t-il écrit dans un communiqué, avant toutefois de préciser: "J'appelle tout le monde à exprimer ses opinions pacifiquement, dans le respect de la loi."

Le 23 août 2020, cette ville de la région des Grands Lacs s'était enflammée après une bavure policière contre un Afro-Américain. Alors âgé de 17 ans, Kyle Rittenhouse s'était équipé d'un fusil semi-automatique et avait rejoint des groupes armés venus "protéger" les commerces. Dans des circonstances confuses, le jeune homme, avait ouvert le feu, tuant deux hommes et en blessant un troisième. Toutes les victimes étaient blanches.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : 12 cas d'infection par le variant Omicron désormais détectés en France

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Omicron : que sait-on de ce variant qui inquiète la planète ?

Covid-19 : un officier de gendarmerie relevé de ses fonctions pour refus de vaccination

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.