États-Unis : après avoir attaqué Clinton sur ses emails, Mike Pence, le vice-président, a aussi eu recours à une messagerie privée

États-Unis : après avoir attaqué Clinton sur ses emails, Mike Pence, le vice-président, a aussi eu recours à une messagerie privée

SIMILITUDES - Pendant la campagne, Mike Pence, comme tout le camp Trump, avait critiqué la candidate démocrate Hillary Clinton pour son usage d'une messagerie privée alors qu'elle était ministre des Affaires étrangères de Barack Obama. Or le vice-président américain a fait de même pour gérer les affaires officielles de l'Indiana quand il en était gouverneur.

Il avait fustigé Hillary Clinton sur son utilisation d'un serveur privé lorsqu'elle était secrétaire d'État (ndlr : ministre des Affaires étrangères), jugeant qu'elle avait mis en danger la sécurité nationale. L'affaire avait alors empoisonné la campagne électorale. Selon The Indianapolis Star, alors qu'il était gouverneur de l'Indiana (poste qu'il a occupé de 2013 jusqu'à janvier dernier), le vice-président Mike Pence a lui-même utilisé un compte de messagerie privée pour gérer les affaires officielles de l'État, discuter de questions confidentielles relevant de la sécurité nationale.

D'après le quotidien local, l'adresse AOL du bras droit de Donald Trump aurait ainsi évoqué des sujets aussi divers que variés, allant de la sécurité de la résidence du gouverneur à la lutte contre le terrorisme en Indiana. Surtout, à en croire les informations recueillies par le journal, ce compte privé aurait été piraté à l'été 2016. Après ce "hacking", par le biais d'un courriel d'arnaque demandant de l'argent, le gouverneur aurait installé une nouvelle messagerie AOL

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

En vidéo

Cérémonie d'investiture de Donald Trump : Mike Pence prête serment

Toute comparaison avec Clinton jugée "absurde"

Dans la foulée, le bureau du vice-président a commenté ces révélations, assurant que Mike Pence "avait pleinement respecté la législation de l'Indiana concernant l'utilisation d'emails." La loi de l'État n'interdit en effet pas aux responsables publics d'utiliser des comptes personnels de messagerie pour communiquer.

Et quant à la similarité que l'on pourrait faire avec l'affaire des emails de Clinton, le porte-parole de Mike Pence a jugé toute comparaison "absurde". En effet, selon lui, il n'y avait pas d’équivalence entre les informations à la disposition d'un gouverneur et celles aux mains du chef de la diplomatie américaine. 

En vidéo

Les mails empoisonnés d’Hillary Clinton

Un danger pour la sécurité nationale ?

Cette ligne de défense n'a visiblement pas convaincu plusieurs experts en droit, interrogés par The Indianapolis Star. Selon eux, le recours à un compte de messagerie privée pose deux soucis majeurs, l'un de sécurité et l'autre de transparence. D'une part, un compte gouvernemental est normalement mieux sécurisé qu'une message privée. De l'autre, le public devrait pouvoir bénéficier d'un accès partiel à la correspondance d'un élu, comme le prévoit la loi américaine.

Cette nouvelle affaire d'État vient faire de l'ombre sur l'administration Trump, déjà secouée ces dernières semaines par la démission forcée du conseiller à la sécurité Michael Flynn et les accusations contre le ministre de la Justice Jeff Sessions, soupçonné d'avoir menti sur ses relations avec la Russie avant, pendant et après la campagne présidentielle.

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

SONDAGE EXCLUSIF : Forte percée de Valérie Pécresse, Emmanuel Macron toujours en tête

Covid-19 : pourquoi les enfants sont devenus le "moteur de l’épidémie" ?

Covid-19 : protocole renforcé à l'école, fermetures des discothèques... Le point sur les nouvelles mesures sanitaires

EN DIRECT - Covid-19 : 12.096 personnes hospitalisées dont 2191 en soins critiques

Covid-19 : les discothèques fermées pour 4 semaines, annonce Jean Castex

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.