Etats-Unis : Barack Obama n'est plus "Superman"

Etats-Unis : Barack Obama n'est plus "Superman"

DirectLCI
SONDAGE – La cote du popularité du président Américain est au plus mal. Après avoir suscité tant d'espoirs, les déconvenues s'enchaînent et marquent l'opinion : près de six sondés sur dix se disent aujourd’hui déçus par Barack Obama. Qui est aujourd’hui bien loin de l'image du "super-héros" qu'on lui prêtait il y a cinq ans.

Barack Obama en chute libre. Selon un sondage publié jeudi, près de six Américains sur dix (57%) se disent mécontents de la politique du président. Sa cote de confiance s'établit aujourd'hui à 41%. A titre de comparaison, en octobre 2013, 49% des Américains se disaient défavorables à la politique du démocrate. La confiance a basculé : pourtant nettement réélu en novembre 2012, Barack Obama compte aujourd'hui plus de détracteurs que de supporters. Parmi les personnes interrogées, 59% d'entre elles se disent en effet "déçues" par sa politique.

Un coup de massue pour Barack Obama, mais un plébiscite pour celle qui fut sa concurrente dans la course des démocrates à la Maison Blanche en 2008. En effet, selon cette enquête du New York Times et de la télévision CBS, 82 des démocrates interrogés souhaitent que Hillary Clinton brigue à nouveau l'investiture de leur parti pour la prochaine présidentielle, en 2016.

Les illusions perdues

Comme c'est souvent le cas aux Etats-Unis, Barack Obama souffre d'une mauvaise cote de popularité pendant son deuxième mandat (Bill Clinton étant l'exception). Mais pour celui qui fut présenté comme un véritable héros sur lequel reposaient d'immenses espoirs voilà cinq ans, la chute n'en est que plus grande.

C'est le syndrome "superman" : des illusions déraisonnées naissent les plus amers désenchantements. Un phénomène qu'avait prophétisé un autre président américain, Herbert Hoover, en 1932, juste avant la terrible crise économique. "Ce que je crains, c’est le résultat de l’idée exagérée que les gens se sont faite de moi. Ils ont la conviction que je suis une sorte de superman, qu’aucun problème n’est au-delà de mes capacités… Si quelques calamités sans précèdent devaient s’abattre sur la Nation, je serais sacrifié par la déception irraisonnée d’un peuple qui en attendait trop".

Des "calamités", Barack Obama en compte plusieurs, du "scandale du fisc" aux écoutes de la NSA. Aujourd’hui, le président semble surtout subir les retombées d'un lancement désastreux du volet central de sa réforme de l'assurance-maladie à l'automne 2013. Sur le volet économique, il peine toujours à faire retomber le chômage au niveau d'avant la crise de 2008. Le "Yes, we can" qui avait tant galvanisé les Américains souffre aujourd'hui de ces déconvenues qu'impose la réalité parfois. Le slogan d'Obama versus les Rolling Stones. "You can't always get what you want"...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter