Etats-Unis : Black Lives Matter, ce mouvement en pointe de la dénonciation des violences policières

International

DÉCRYPTAGE - Douze policiers ont été blessés mardi soir à Charlotte en Caroline du Nord lors d'affrontements survenus après la mort d'un Noir américain. Parmi les manifestants, nombreux sont ceux qui ont scandé "Black Lives Matter" ("Les vies des Noirs comptent"). Une référence au mouvement qui dénonce les violences policières contre les Afro-américains, lancé il y a trois ans dans le pays.

Douze policiers blessés. C'est le bilan de la soirée à Charlotte (Caroline du Nord), où une manifestation a vite dégénéré. En cause : la mort d'un Noir américain abattu par un policier, également noir. Un fait divers dont s’est rapidement emparé le "Black Lives Matter" (BLM), un mouvement à la pointe des dénonciations des bavures policières dans le pays, né il y a trois ans.

A l'époque, la société américaine vivait au rythme du procès de Georges Zimmerman. Ce policier avait abattu quelques mois plus tôt Trayvon Martin, un adolescent non armé. Assise dans un café D'Oakland, Alicia Garza apprend la nouvelle de l'acquittement du policier et poste un message sur sa page Facebook pour appeler ses contacts à se mobiliser car "les vies noires comptent". Son amie Patrisse Cullors commente, avec le hashtag "BlackLivesMatter".

Un réseau de plusieurs milliers de personnes

Peu à peu, la formule est reprise sur les réseaux sociaux. Elle apparaît sur des pancartes l'année suivante, durant les émeutes de Ferguson (Missouri). Là encore, un drame vient scandaliser la jeunesse antiraciste américaine : un policier blanc, Darren Wilson, a tiré plusieurs fois sur un jeune homme noir de 18 ans, Michael Brown. Selon le témoignage de deux personnes, il s'enfuyait les bras levés. Le slogan reviendra au fil des mois, après la mort d’Eric Garner, victime d'une bavure policière, tout comme après celle de Tamir Rice, un enfant de 12 ans tué à Cleveland en novembre 2014 alors qu'il jouait avec une arme factice. Le slogan "Black Lives Matter" apparaît aussi spontanément à Charleston, après la tuerie raciste de l’église Emanuel.

Trois ans après son lancement, Black Lives Matter est devenu un réseau de plusieurs milliers de personnes, réparties dans 23 villes américaines et canadiennes. Si le mouvement revendique l'héritage des Blacks Panthers, de Martin Luther King, de Malcom X ou d'Angela Davis, il s'inspire également de la communauté LGBT. A l'inverse, le monde de la culture s'inspire également du BLM : Beyoncé ou Jay-Z ne manquent jamais d'afficher leur soutien au mouvement et auraient payé les cautions de plusieurs manifestants. En début d'année, lors de la finale du Superbowl, la chanteuse américaine s'était présentée habillée de noir, au milieu de ses danseurs auréolés d'un béret rappelant celui des Black Panthers.

Vidéo - Les heurts de la nuit à Charlotte :

En vidéo

Etats-Unis : 12 policiers blessés lors d'affrontements après la mort d'un noir abattu par la police

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter