Des "urnes électorales" installées en Californie par les républicains font polémique

Santa Ana, Californie. Les élections présidentielles approchent aux Etats-Unis.
International

FRAUDE ? - Les autorités californiennes suspectent une fraude électorale suite à l'installation de plusieurs urnes non officielles par le parti républicain dans trois comtés du "Golden State".

En Californie, des "urnes électorales" ont été installées sans autorisation dans des églises, des armureries et autres lieux privés... Par le Parti républicain, qui entend ainsi récupérer les votes lui-même. Selon le porte-parole du parti du président Donald Trump dans cet Etat, la manœuvre n'est pas illégale. Mais les autorités californiennes ne l'entendent pas de cette façon et ont intimé l'ordre de retirer ces urnes. 

Ces boîtes aux lettres "mettent en danger la sécurité des bulletins de votes"

Les autorités locales estiment que ces "urnes" sont de nature à tromper les électeurs : ces sortes de boîtes à lettres affichent pour certaines la mention "officiel" en grosses lettres. "Les partis politiques et les équipes de campagne peuvent s'investir pour augmenter la participation, mais ils ne peuvent pas enfreindre la loi de l'Etat", a réagi le secrétaire d'Etat de Californie, le démocrate Alex Padilla.

"Les boîtes à lettres en question, non officielles et non autorisées, enfreignent la loi et mettent en danger la sécurité des bulletins de vote", souligne-t-il dans un communiqué, estimant que "les électeurs doivent pouvoir déposer leur bulletin de vote en toute transparence et confiance". Il a donné aux Républicains jusqu'à jeudi pour retirer leurs urnes des trois comptés de Californie où ils les ont déposées le week-end dernier. 

Le parti républicain assure que la pratique est légale

Le parti républicain refuse cependant de s'exécuter et certifie de la légalité de cette initiative, qui ne constituerait rien d'autre qu'une initiative de "collecte de bulletins de vote".  Cette pratique permet à des intermédiaires de rassembler des bulletins et de les acheminer eux-mêmes vers des lieux de vote, et est autorisée dans certains Etats, dont la Californie. "Nous allons continuer nos programmes de collecte de bulletins", a ainsi affirmé Hector Barajas, porte-parole du parti républicain de Californie, interrogé lundi par la télévision CBS.

Le procureur de Californie, Xavier Becerra, a averti que les militants à l'origine de ces "urnes" s'exposaient à des poursuites criminelles s'ils refusaient de les retirer. "Nous espérons que le message a été clairement entendu par quiconque sollicite ou interfère avec le vote des citoyens", a-t-il insisté, disant avoir reçu "des informations troublantes" sur les réticences des républicains à stopper leur initiative.

Mais Hector Barajas n'a pas semblé s'émouvoir des menaces de poursuites, déclarant à CBS que si la mention "officiel" allait bien être effacée, les boites controversées resteraient quant à elles bien en place. "Montrez-nous où la loi dit que nous devrions cesser. Dites-nous où nous enfreignons la loi", a-t-il lancé. La polémique survient trois semaines avant le jour de l'élection présidentielle, le 3 novembre, et alors que le président Donald Trump met régulièrement en doute la fiabilité du scrutin, en particulier le vote par correspondance, très répandu aux Etats-Unis. 

Les élections US vous intéressent ? Écoutez notre podcast "Far West"

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Plongez dans le Far West électoral de la campagne américaine. Une présidentielle 2020 totalement hors-norme qui promet d’être plus électrique et passionnante que jamais.

Toute l'info sur

Présidentielle US : Trump vs Biden, l'affiche d'une élection imprévisible

Suivez les dernières informations sur l'élection présidentielle américainePODCAST EXCLUSIF : Far West. Suivez les élections dans la peau d'un électeur américain

Suivez toute l'actualité en direct sur LCI. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : aux Etats-Unis, record de contaminations à quatre jours de la Présidentielle

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Il se passe quelque chose au Texas"

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : un deuxième homme au contact du terroriste interpellé

Olivier Véran a-t-il affirmé que "c’est le confinement qui provoque la circulation du virus" ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent