Covid-19 : le gouverneur de New York accusé d’avoir falsifié le nombre de décès dans les maisons de retraites

Andrew Cuomo, gouverneur de New-York depuis 2011 et aujourd'hui dans la tourmente

ÉPIDÉMIE - Visé par des accusations de harcèlement sexuel, Andrew Cuomo est également soupçonné d’avoir revu à la baisse le nombre de morts dans les maisons de retraite de l’État de New York. Sa gestion de la crise sanitaire est désormais très critiquée.

C’est peu dire que le poste d'Andrew Cuomo, 63 ans et gouverneur de l’État de New-York depuis 2011, est aujourd’hui très menacé. Après des accusations de harcèlement sexuel par trois femmes différentes, qui ne l'ont (pour le moment) pas poussé à la démission, le gouverneur fait aujourd’hui l’objet de soupçons au sujet de sa gestion de l’épidémie. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

La crainte de poursuites de l'administration Trump

Selon les informations du New York Times, Andrew Cuomo aurait revu à la baisse le bilan du Covid-19 dans les maisons de retraite en demandant à ses collaborateurs de ne pas inclure dans le rapport officiel les résidents qui étaient morts de la maladie à l’hôpital. Au mois de juin, lorsqu’est sorti ce fameux rapport, plus de 9.000 personnes séjournant dans une maison de retraites étaient décédées du Covid-19. Il n’en a rien été dans le bilan officiel, qui décomptait alors deux fois moins de morts dans ces établissements. Selon le journal, cette "intervention extraordinaire" est survenue au moment où le gouverneur s’apprêtait à rédiger un livre sur sa gestion de la crise sanitaire. "Je pense écrire un livre sur ce que nous avons vécu", avait alors déclaré le responsable politique, quatre jours après la publication du rapport.

Ce n’est que lorsque Letitia James, procureure générale de New-York, a révélé fin janvier que les décès avaient été largement sous-estimés dans les maisons de retraites qu’Andrew Cuomo a finalement consenti à publier les données officielles de la mortalité touchant ces établissements. Le démocrate s’est défendu en expliquant avoir caché la réalité des chiffres "par crainte d’une enquête politiquement motivée de la part de l’administration Trump". Or, le New York Times révèle que cette dissimulation est intervenue des mois avant que les autorités fédérales ne demandent des comptes aux différents États que compte le pays.  

Lire aussi

D’abord prise en exemple dans le pays, la gestion de la crise sanitaire par le gouverneur est donc aujourd’hui sous le feu des critiques. Autre point de crispation : sa politique visant à renvoyer les patients alors testés positifs dans les maisons de retraite pour désengorger les hôpitaux. Si le bureau de la procureure a considéré cette consigne conforme aux directives fédérales, il a admis qu’elle "aurait pu exposer les résidents à un risque accru de préjudice dans certains établissements". Acculé, Andrew Cuomo est appelé à démissionner par certains élus démocrates au Congrès, comme Alexandria Ocasio-Cortez.

 La procureure de New-York, elle, est chargée d’enquêter sur les agissements du gouverneur et les parlementaires de l’État ont déjà lancé une procédure visant à lui retirer ses pouvoirs spéciaux en matière de gestion du Covid. Aujourd'hui à New-York, 47.500personnes  sont mortes de la maladie, dont 15.000 résidant dans une maison de retraite.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : une réunion à l'Élysée pour préparer la réouverture des lieux fermés

"60 à 70% des victimes" britanniques de la troisième vague étaient-elles vraiment "vaccinées" ?

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Covid-19 : la France va durcir ses restrictions pour les voyages dans les pays les plus touchés

Le plan Alerte enlèvement levé dans les Vosges pour Mia, 8 ans, toujours recherchée

Lire et commenter