Etats-Unis : déjà 8000 procédures judiciaires contre Monsanto concernant le glyphosate

International
JUSTICE - Près de 8000 requêtes judiciaires contre l'herbicide au glyphosate de Monsanto ont été recensées, a indiqué jeudi 23 août le géant de l'industrie Bayer, en passe d'absorber Monsanto pour 63 milliards de dollars.

Un mariage qui risque de coûter très cher... D'après Bayer, près de 8000 requêtes judiciaires ont été formulées, à l'encontre de l'herbicide au glyphosate tant contesté de Monsanto. Cette information a été révélée par Werner Baumann, le patron de Bayer, lors d'une conférence téléphonique, jeudi 23 août.


Il se dit déterminer à "défendre énergiquement" ce produit malgré la récente condamnation de Monsanto à verser 235 millions d'euros à Dewayne Johnson, un jardinier atteint d'un cancer incurable. Ce dernier attaquait la firme estimant qu'il n'avait pas été suffisamment informé de la dangerosité de son herbicide au glyphosate, le RoundUp. Le groupe espère que le jugement de San Francisco sera invalidé en appel, répétant que de nombreuses études scientifiques concluent à l’innocuité du glyphosate.

Un espoir qui pourrait être douché si la justice américaine accède aux 8000 requêtes formulées aux Etats-Unis. Pour l'heure, elles sont à des degrés divers d'avancement mais d'autres ennuis se profilent au Brésil, où un tribunal fédéral a suspendu l'enregistrement auprès des autorités de tout nouveau produit à base de glyphosate.


Par ailleurs, selon le magazine allemand Wirtschaftswoche, des fermiers de l'Arkansas et du Dakota du Sud préparent une requête contre Monsanto en raison du désherbant Dicamba, utilisé dans les cultures de plantes génétiquement modifiées et qui peut contaminer des champs voisins de cultures conventionnelles.

Alors, dangereux pour le consommateur ou pas le glyphosate ? Les études se contredisent mais le gouvernement français, au nom du principe de précaution, s'est engagé à faire cesser l'utilisation de cette substance d'ici à 2021, sans pour autant inscrire l'interdiction dans la loi. Une annonce dont la FNSEA, le principal syndicat d'agriculteurs, met "un peu plus en difficulté" les cultivateurs face à la concurrence de produits agricoles importés de pays où le glyphosate est largement utilisé, donc au coût d'exploitation moindre. Et ce alors qu'une étude récente co-signée par l'Institut national de la recherche agronomique a fait la démonstration que l'agriculture bio n'était pas forcément moins efficace que l'agriculture conventionnelle, perfusée aux pesticides, pour lutter contre les nuisibles.

Après l'annonce de cette condamnation, Bayer avait plongé en bourse et le risque juridique concernant le rachat de Monsanto par Bayer avait été ainsi dévoilé. Mais le géant allemand de l'industrie continue d'affirmer que cette condamnation "n'a rien changé" et martèle qu'elle "est toujours très optimiste pour l'avenir de son activité".  

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Monsanto lourdement condamné

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter