Destitution de Trump : "Son avenir politique et celui du trumpisme se jouent à ce procès"

Destitution de Trump : "Son avenir politique et celui du trumpisme se jouent à ce procès"

INTERVIEW - Le milliardaire républicain est jugé à partir de ce mardi 9 février pour "incitation à l'insurrection" dans le cadre d'une procédure de destitution lancée par les démocrates. Un procès à l'issue incertaine et durant lequel Trump joue gros, comme nous l'explique Laurence Haïm.

Donald Trump de retour sur le devant de la scène après l'avoir quitté il y a peu. À partir de ce mardi 9 février, l'ancien président des États-Unis est jugé au Sénat pour "incitation à l'insurrection" suite aux événements du Capitole survenus le 6 janvier 2021 dans la capitale du pays. Un procès historique, comme nous le détaille pour LCI Laurence Haïm, journaliste et correspondante à Washington. 

Toute l'info sur

Le Capitole envahi par des partisans de Donald Trump

Comment ce procès est-il perçu au sein de l'opinion publique et des médias ?

On ressent une énorme attente, surtout concernant un nouveau "show Trump". Les chaines d'informations se rendent compte que la présidence Biden, cela fait beaucoup moins d'audience que lui. On est dans un phénomène assez pervers : Joe Biden ne marche pas très bien pour l'information en continu, car c'est le retour à un monde que Washington connait bien, comme une normalité retrouvée. Mais dès que Trump est évoqué, la courbe repart. Dès lors, tout le monde se dit : 'Le procès va être un grand événement'. Même s'il ne viendra pas, puisqu'il a refusé. Ceci dit, personne ne sait si cela changera d'ici au procès, car la situation est très mouvante. 

D'un point de vue plus sociétal, la moitié de l'Amérique veut ce procès. Il y a eu des morts au Capitole, selon eux, Trump en est responsable. D'un point de vue historique, en vertu d'une responsabilité démocratique, cela mérite un procès. Ces gens disent : "On a besoin de ce procès pour que cela ne se reproduise plus jamais et pour montrer qu'un homme au pouvoir est responsable de ses mots". En revanche, l'autre partie de l'Amérique estime que ce procès ne sert à rien, que le verdict est déjà connu, qu'il redonne une tribune à Trump, qu'il n'est pas responsable de ces extrémistes qui ne représente pas son mouvement. Ce procès suscite beaucoup de divisions. 

Que faut-il attendre de ce procès, inédit, puisqu'il s'agit de juger un président qui n'est plus en exercice ?

C'est un grand saut dans l'inconnu. C'est difficile de faire la moindre prévision puisque cela n'est jamais arrivé qu'un ancien président soit destitué. C'est d'ailleurs l'argument des avocats de Donald Trump, lesquels estiment que c'est inconstitutionnel. Mais il y a une volonté de responsabiliser un homme qui a été président et qui a provoqué, par ses mots, des événements. Et puis, combien de temps le procès va-t-il durer ? Les démocrates sont divisés, certains veulent un procès rapide, deux à trois jours. Certains voudraient utiliser des vidéos de l'assaut, faire témoigner des participants, au risque que ce procès - sans Trump - devienne celui de son mandat. 

"Les sénateurs ont peur de voter contre lui pour ne pas risquer leur propre avenir politique.- Laurence Haïm

Donald Trump peut-il faire du Donald Trump même sans être présent devant ses juges ?

On ne sait pas ce qu'il va faire. Il n'a plus son compte Twitter, va-t-il dès lors parler ? Nous avons demandé aux chaînes de télévision qu'il affectionne si une interview était en préparation. En vain. 

Comment le camp républicain aborde-t-il ce procès ? Entre la volonté de certains de prendre ses distances avec Donald Trump, et la nécessité de soigner l'électorat de ce dernier...

C'est difficile d'être élu républicain de nos jours. Notamment car aux États-Unis, la campagne est permanente. Le mandat dure six ans, la campagne dure un an et demi, les élections parlementaires auront lieu en 2022… Cette campagne a déjà commencé. Quand vous êtes un sénateur républicain, que votre État a voté à une très grande majorité pour Trump durant la présidentielle, que votre mandat arrive à son terme et que vous vous représentez, votre vote la semaine prochaine au procès Trump va compter pour vos électeurs. Vous ne pouvez pas les trahir. On sent que les sénateurs républicains ne veulent plus de Trump, mais publiquement, ils le soutiennent. 

Lire aussi

Donald Trump peut-il sortir renforcé de ce procès ?

Rappelons les règles prévues par la Constitution : il y a 100 sénateurs, 50 démocrates, 50 républicains. Selon la règle, il faut une majorité aux 2/3, soit 17 républicains qui basculent, publiquement, dans le camp démocrate. Or pour l'heure, le compte n'y est pas. Cela peut toujours bouger au cours du procès. Mais en l'état… ce n'est pas le cas. Les sénateurs ont peur de voter contre lui pour ne pas risquer leur propre avenir politique. N'oublions pas que 74 millions d'Américains ont voté pour lui. 

Donald Trump est devenu et deviendra, s'il est acquitté, le leader politique de l'opposition. Son avenir politique et celui du trumpisme se joue ces prochains jours. L'avenir du parti républicain, même. Y a-t-il de la place pour un parti républicain modéré aux États-Unis ou est-ce que Trump a définitivement mis fin au parti républicain classique ? C'est la question à laquelle répondra ce procès. 

Découvrez notre podcast "Far West" qui vous replonge au cœur de cette campagne présidentielle historique

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Coups bas, coups tordus, coups d’éclat…. Replongez dans le Far West électoral de la campagne américaine. Avec un Donald Trump affaibli par la pandémie, un Joe Biden qui portait tous les espoirs de revanche des démocrates, cette présidentielle 2020 a été plus électrique et passionnante que jamais… Avec Magali Barthès, du service étranger de LCI, et ses invités, mettez-vous dans la peau d'un électeur américain. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : "103%" de vaccinés à Paris, la preuve d'un "trucage" des chiffres ?

VIDÉO - Covid-19 : le relâchement des gestes barrière fait des ravages au Royaume-Uni

Biélorussie : l’ambassadeur de France forcé de quitter le pays

Refoulés à cause d'un faux pass sanitaire, ils tirent sur une discothèque et blessent un client

Covid-19 : que contient le projet de loi sur la prolongation du pass sanitaire, débattu à l'Assemblée mardi ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.