Avant de quitter la Maison Blanche, Donald Trump gracie son ancien conseiller Steve Bannon

Avant de quitter la Maison Blanche, Donald Trump gracie son ancien conseiller Steve Bannon

ULTIME FAVEUR - Le président américain sortant a gracié 73 personnes, dont son ancien conseiller Steve Bannon, accusé de détournement de fonds et qui risquait jusqu'à 40 ans de prison.

Quelques heures avant la fin de son mandat, le futur ex-locataire du bureau ovale accordé son pardon présidentiel à Steve Bannon, éminence grise de sa campagne de 2016  et qui fut ensuite son conseiller à la Maison Blanche avant de tomber en disgrâce. Accusé d'avoir détourné des fonds prétendument destinés à la construction d'un mur à la frontière États-Unis-Mexique, le maître à penser de l'alt-right a obtenu la clémence du président.

Toute l'info sur

Biden et Harris à la Maison Blanche

"M. Bannon a été un leader important du mouvement conservateur et il est connu pour son expertise politique", indique le communiqué de la Maison Blanche. Selon le New York Times, le milliardaire républicain a pris la décision de gracier son ancien conseiller à la dernière minute après s'être entretenu au téléphone avec lui. Steve Bannon risque une peine de 40 ans de prison. S'il était condamné, la grâce présidentielle annulerait de fait toutes les charges portées contre lui. 

La justice américaine soupçonne Steve Bannon d'avoir utilisé des centaines de milliers de dollars pour couvrir des dépenses personnelles. Les détournements auraient commencé en décembre 2018, via une organisation à but non lucratif et une société écran, au moyen notamment de fausses factures. Inculpé en août dernier, le fondateur du site d'information d'ultradroite Breitbart News avait plaidé non coupable des deux chefs d'accusations retenus contre lui, fraude et blanchiment d'argent. Le juge avait décidé de le relâcher moyennant 5 millions de dollars de caution, en attendant son procès.

Lire aussi

Donald Trump accorde sa clémence à 143 personnes

Ces derniers mois, Donald Trump a déjà utilisé ce pouvoir présidentiel à plusieurs reprises. Au total, 73 collaborateurs et proches en ont bénéficié. Parmi eux, figurent l'ancien collecteur de fonds Elliott Broidy, poursuivi pour une campagne de lobbying illégale, et le rappeur américain Lil Wayne, qui avait plaidé coupable le mois dernier de possession d'une arme à feu, délit pour lequel il risquait jusqu'à 10 ans de prison. Par ailleurs, 70 autres personnes ont vu leurs peines être allégées.

À noter, enfin, que Donald Trump ne s'est pas gracié lui-même comme il l'avait envisagé, ni son avocat Rudy Giuliani, ni aucun conseiller en exercice d'ailleurs. La justice suivra donc son cours les concernant. La Maison Blanche a rendu publique la liste complète des 143 pardons et peines commuées par le président sortant. Un certain nombre d'entre eux avaient été condamnés dans le cadre de l'enquête sur une possible collusion entre la Russie et son équipe de campagne en 2016. 

Découvrez notre podcast "Far West"

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Plongez dans le Far West de la politique américaine.

Sur le même sujet

Lire et commenter