Dans sa vidéo d'adieu, Donald Trump exhorte à "prier" pour le succès de l'administration Biden

LCI PLAY - "Je suis fier de ce que nous avons accompli" : les adieux de Trump à la Maison Blanche

CHANT DU CYGNE - À quelques heures de quitter le Bureau ovale, Donald Trump s'est adressé une dernière fois aux Américains à travers une vidéo d'adieu, diffusée ce mardi 19 janvier. Le président sortant a notamment souhaité la réussite de l'administration Biden.

Il n'aura pas fait ses adieux en direct à la télévision. Ce mardi 19 janvier, à la veille de son départ de la Maison-Blanche, qui coïncidera avec la prise de poste de Joe Biden, Donald Trump a dérogé à une énième tradition. Contrairement à la plupart de ses prédécesseurs, le président sortant n'a pas fait d'allocution aux heures de grande écoute. Retranché au 1600 Pennsylvania Avenue, le milliardaire républicain, plus apparu en public depuis une semaine, a choisi à nouveau de marginaliser les médias traditionnels.

Pour sa dernière prise de parole, vouée à polir un héritage, le sien en l'occurrence, terni par quatre ans de tensions, et dont l'apogée a été la prise d'assaut du Capitole le 6 janvier dernier, il a pris le contrepied. À l'instar de la future ex-First Lady Melania Trump, qui a délivré un discours très lisse de près de sept minutes sur ses quatre ans "inoubliables" à la Maison-Blanche, Donald Trump s'est malgré tout adressé au peuple américain. Privé de Twitter, qui fut son porte-voix ces dernières années, il a enregistré tard lundi soir un message vidéo. Un enregistrement, posté à 22h (heure française) sur la chaîne Youtube de la Maison-Blanche, dans lequel il a invité les Américains à "prier" pour le succès de l'administration Biden.

Toute l'info sur

Biden et Harris à la Maison Blanche

"Cette semaine, une nouvelle administration va être investie et nous prions pour qu'elle réussisse à maintenir l'Amérique en sécurité et prospère", a affirmé le président sortant. Un ton plus conciliant, vers l'apaisement, offrant pour la première fois de manière aussi claire une concession du pouvoir à Joe Biden. Ce qu'il a toujours refusé de faire depuis sa défaite contre l'ancien vice-président de Barack Obama. "Nous leur adressons nos meilleurs vœux et nous voulons également qu'ils aient de la chance - un mot très important", a-t-il ajouté. En revanche, il a pris soin de ne jamais citer son ex-adversaire. 

Nous avons fait ce pour quoi nous sommes venus ici- Donald Trump, président sortant des États-Unis

Dans un bâtiment en plein déménagement, le 45e président des États-Unis a tourné son message avec une équipe technique réduite. Une vidéo de 19 minutes et 47 secondes dans laquelle il a vanté en longueur le bilan de son administration. "Il y a quatre ans, nous avons lancé un grand effort national pour reconstruire notre pays, renouveler son esprit et restaurer l'allégeance de ce gouvernement à ses citoyens", a-t-il déclaré. "Nous avons fait ce pour quoi nous sommes venus ici, et bien plus encore. (...) Nous avons reconstruit la meilleure économie du monde", s'est félicité le milliardaire républicain. 

"Le monde nous respecte à nouveau. (...) L'Amérique n'est pas une nation timide d'âmes apprivoisées qui ont besoin d'être à l'abri et protégées de ceux avec qui nous sommes en désaccord", a-t-il poursuivi, arguant avoir "uni" le monde face à la Chine. "Nous avons redynamisé nos alliances et uni les nations du monde pour faire face à la Chine comme jamais auparavant", a-t-il affirmé. "Je suis tout particulièrement fier d'être le premier président depuis des décennies à ne pas avoir déclenché de nouvelle guerre", s'est aussi targué Donald Trump, malgré les vives tensions avec l'Iran ou la Corée du Nord qu'il a pu alimenter.

Lire aussi

Dans son discours d'adieu, s'il a embelli sa gestion du Covid-19 alors que les États-Unis venaient quelques heures plus tôt de dépasser le seuil des 400.000 décès à la veille de son départ de la Maison-Blanche, il a aussi fait allusion aux événements survenus au Capitole au début du mois. "Tous les Américains ont été horrifiés par l'assaut contre notre Capitole. La violence politique est une attaque contre tout ce que nous chérissons en tant qu'Américains. Elle ne peut jamais être tolérée", a-t-il indiqué. 

Le mouvement que nous avons lancé ne fait que commencer- Donald Trump, président sortant des États-Unis

Saluant ses soutiens, parmi lesquels son vice-président Mike Pence, avec qui les relations seraient distendues selon la presse américaine, le magnat de l'immobilier a "surtout" voulu "remercier le peuple américain". "Être votre président a été un honneur au-delà de toute description. Merci pour ce privilège extraordinaire", a-t-il indiqué, rappelant que désormais "le plus grand danger" auquel le pays est confronté en quittant ses fonctions est "une perte de confiance dans notre grandeur nationale".

"Maintenant, alors que je me prépare à céder le pouvoir à une nouvelle administration mercredi à midi (18h à Paris), je veux que vous sachiez que le mouvement que nous avons lancé ne fait que commencer", a-t-il conclu. Donald Trump est presque parti, mais il a encore l'intention de faire parler de lui.

Découvrez le podcast Far West

Écoutez le podcast votre plateforme d’écoute préférée 

Sur APPLE PODCAST

Sur SPOTIFY

Sur DEEZER

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 20.000 nouveaux cas ce dimanche

Marthe Villalonga, un amour caché pendant 50 ans

EN DIRECT - États-Unis : "Le voyage est loin d'être terminé", assure Trump à ses supporters

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

Lire et commenter