L'ex-"Mr sécurité" de Trump Michael Flynn aurait reçu des paiements russes

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

ETATS-UNIS - L'ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump aurait omis de demander la permission d'être rémunéré pour un voyage en Russie en 2015, et probablement enfreint la loi a estimé mardi une commission du Congrès.

La chute continue pour Michael Flynn. Déjà soupçonné de connivence avec la Russie, l'ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump n'aurait jamais fait mention de sommes d'argent reçues d'entreprises russes dans sa demande d'accréditation de sécurité, début 2016, a affirmé mardi un parlementaire. Flynn se serait ainsi mis en effraction en omettant de mentionner sur sa demande de renouvellement de son accréditation de sécurité, début 2016, ces paiements effectués notamment par la chaîne de télévision russe Russia Today (RT), proche du Kremlin.

Par ailleurs, Jason Chaffetz,   président républicain de la Commission parlementaire de surveillance de l'action gouvernementale, a noté que Michael Flynn avait assisté à un gala de la chaîne en décembre 2015, où il partageait la table du président russe Vladimir Poutine. En plus de ne pas disposer des autorisations nécessaires pour assister à ce Gala selon M. Chaffetz, Flynn aurait monnayé  sa présence contre 33 000 dollars. Et omis de déclarer l'argent touché sur sa demande d'accréditation remplie le mois suivant.

Lire aussi

Deux autres versements de 12 500 dollars

"Le général Flynn avait le devoir et l'obligation de demander la permission de recevoir de l'argent de la part de gouvernements étrangers", a déclaré à la presse Jason Chaffetz. "En tant qu'ancien officier militaire, vous ne pouvez tout simplement pas toucher d'argent de la Russie, de la Turquie ou de n'importe quel autre pays. Et il semble qu'il ait pris cet argent. C'était déplacé et il y a des conséquences en terme de violation de la loi", a poursuivi Jason Chaffetz. 

Michael Flynn a également été payé 11.250 dollars en août 2015 par la compagnie aérienne russe Volga-Dnepr, ainsi que 11.250 dollars en octobre 2015 par la filiale américaine de la grande société russe de cybersécurité Kaspersky Lab. Cette dernière, par le biais de sa filiale Kaspersky Government Security Solutions, nous a confirmé avoir rémunéré le Général Flynn "pour son intervention en tant que conférencier au Government Cybersecurity Forum 2015, qui s'est tenue à Washington et qui a réuni les principaux experts gouvernementaux, militaires, technologiques et politiques". Elle tient cependant à faire savoir qu'"en tant que société privée, Kaspersky Lab n'a aucun lien avec aucun gouvernement, mais la société est fière de collaborer avec les autorités de nombreux pays, ainsi qu'avec les organismes internationaux chargés de l'application de la loi dans la lutte contre la cybercriminalité." 

La commission parlementaire cherche toutefois à savoir si Michael Flynn a révélé tous les versements qu'il a pu obtenir de la part de la Turquie, de la Russie et à d'autres sources étrangères.  Selon le représentant démocrate Elijah Cummings, vice-président de cette commission parlementaire, ces omissions s'assimilent à des délits punis de peines allant jusqu'à cinq ans de prison. L'avocat de M. Flynn a pour sa part assuré sur ABC News que l'ancien général avait averti l'agence du renseignement militaire, dont il était directeur, de son voyage en Russie, et qu'il avait répondu aux questions qui lui avaient été posées à ce sujet.

Voir aussi

Un proche de Trump

Le militaire est devenu l'un des proches conseillers du candidat Donald Trump pendant la campagne des primaires présidentielles républicaines en 2016. Michael Flynn a été nommé conseiller à la sécurité nationale en novembre dernier mais a été forcé de démissionner le 13 février, après la révélation de contacts répétés avec l'ambassadeur russe aux Etats-Unis au sujet des sanctions américaines contre Moscou.

En vidéo

Et maintenant, Donald Trump encense le général Flynn : "C'est un homme formidable"

Des enquêtes parlementaires et du FBI s'intéressent à l'ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016, et notamment à d'éventuelles collusions entre l'entourage de Donald Trump et des responsables russes, ce que le président américain dément.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter