États-Unis : la crainte d'une nouvelle flambée de l'épidémie à cause de Thanksgiving

États-Unis : la crainte d'une nouvelle flambée de l'épidémie à cause de Thanksgiving

CORONAVIRUS - À l'approche de la fête de Thanksgiving, le 26 novembre, les autorités fédérales ont fait savoir qu'aucun confinement national ne serait ordonné. Pour éviter une recrudescence des cas, de nombreux États prennent leurs dispositions.

"La façon la plus sûre de célébrer Thanksgiving cette année est à la maison, avec les membres de votre foyer." Une semaine avant la plus grande fête familiale du pays, les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) ont tenté de convaincre les Américains d'éviter les rassemblements. Un coup d'épée dans l'eau ?  Nombreux sont ceux à ne pas vouloir tirer un trait sur leurs retrouvailles familiales. Malgré une épidémie galopante.

Les derniers chiffres donnent en effet le tournis : plus de 200.146 nouveaux cas ont été recensés jeudi, ainsi que 2.239 morts. Du jamais vu depuis le printemps. Pour autant, l'administration Trump n'envisage aucune restriction particulière pour Thanksgiving. "L'Amérique n'a jamais été aussi prête qu'aujourd'hui à combattre ce virus", a affirmé jeudi le vice-président Mike Pence, précisant que la Maison-Blanche ne voulait pas d'un confinement national ni la fermeture des écoles. Le port du masque ou les déplacements durant le weekend de fêtes n'ont, eux, pas été évoqués.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Lire aussi

"Aucune circonstance ne pourrait justifier un confinement national total"

Fait notable, le camp d'en face semble partager ce point de vue. "Aucune circonstance ne pourrait justifier à mes yeux un confinement national total. Je pense que cela serait contre-productif", a déclaré Joe Biden. Avant de préciser : "Je n'arrêterai pas l'économie, point. J'arrêterai le virus." Et d'insister : "Je le répète, pas de confinement national car chaque région, chaque communauté, peut être différente." 

Devant le statu quo émanant de Washington, ce sont justement ces régions qui ont décidé de prendre le problème de Thanksgiving à bras le corps. De la côte Ouest à New York en passant par Seattle, États et métropoles ont réintroduit des restrictions ces derniers jours pour tenter d'enrayer l'épidémie. 

Une majorité d'États - 31 sur 50, dont certains dirigés par des gouverneurs républicains généralement plus hostiles aux restrictions que les démocrates - imposent désormais le port du masque.

Un confinement de deux semaines au Nouveau-Mexique

D'un État à l'autre, l'étau est plus ou moins resserré. Au Nouveau-Mexique, la gouverneure démocrate Michelle Grisham a instauré à compter de lundi un ordre de confinement pour deux semaines. Les habitants sont appelés à rester chez eux sauf pour les déplacements essentiels, et seuls les commerces jugés essentiels restent ouverts. 

Dans le nord du pays l'Illinois n'a pas imposé de confinement, mais sa principale métropole - Chicago, troisième ville des États-Unis - l'a fait. Ses habitants sont appelés à rester chez eux depuis lundi et pour 30 jours, sauf pour les déplacements essentiels. Dans l'État de Washington, le gouverneur démocrate Jay Inslee semble avoir trouvé la parade pour empêcher des milliers d'Américains de venir sur son sol pour Thanksgiving : les habitants ne peuvent plus recevoir chez eux si les visiteurs ne se sont pas mis à l'isolement au moins sept jours avant et n'ont pas été testés négatifs dans les 48 heures précédant la visite.

Ces mesures suffiront-elles à freiner les ardeurs des Américains ? En général, plus de 50 millions d'entre eux voyagent ce weekend-là. Les images des embouteillages à la sortie des métropoles font chaque année le tour du monde. Des embouteillages appelés à se répéter la semaine prochaine : selon un sondage réalisé ces derniers jours par le Ohio State University Wexner Medical Center, 38% des Américains prévoient de se réunir à plus de dix pour Thanksgiving. En outre, en quart des Américains interrogés affirment qu'ils ne respecteront pas la distanciation sociale.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter