Etats-Unis : la difficile traque des "loups solitaires"

Etats-Unis : la difficile traque des "loups solitaires"

DirectLCI
TERRORISME - La tuerie perpétrée mercredi à San Bernardino, en Californie, a été orchestrée par Syed Farook et Tashfeen Malik. Un couple en apparence sans histoire, marié avec un bébé de six mois. Du terrorisme de proximité qui s’en prend à une cible imprévisible, au grand dam des autorités américaines.

"Il n'y a pas, actuellement, de menace spécifique, crédible". Il y a deux semaines, Washington avait botté en touche les risques d’attentats sur le sol américain. C’était sans compter la fusillade de San Bernardino, qui a causé la mort de 14 personnes mercredi dernier. Un drame qui relance la craintes de "loups solitaires", ces individus qui se radicalisent seuls et deviennent de ce fait difficiles à appréhender.

De l’aveu même du patron du FBI, la quête de ces apprentis djihadistes est un "défi comparable à chercher une aiguille dans une botte de foin". Pour preuve, le profil passe-partout des tueurs de San Bernardino : un couple marié, avec un bébé et un travail pour Syed Farook. Le think tank New America a d’ailleurs étudié le profil de plus de 300 personnes inculpées d’acte de terrorisme aux États-Unis depuis le 11-Septembre. Bilan, ils sont âgés de 29 ans en moyenne, plus d’un tiers d’entre eux sont mariés et plus d’un tiers ont un enfant.

A LIRE AUSSI >>  Fusillade de San Bernardino : Tashfeen Malik, retour sur une lente radicalisation

Les Etats-Unis, une cible prioritaire

Une identification quasi impossible à laquelle les autorités se dont déjà heurtées par le passé. Notamment en avril 2013, quand les deux frères Tsarnaev passent à l’acte à Boston, faisant trois morts et 264 blessés. "La menace d’un loup solitaire est prise au sérieux. Les Américains savent cela, mais cette peur est moins forte qu’il y a 14 ans au moment du 11-Septembre", expliquait la semaine dernière à metronews François Durpaire, universitaire et spécialiste des Etats-Unis.

Moins forte qu’à l’époque du 11-Septembre, la peur du "loup solitaire" semble s’être ravivée à l’heure où Daech a clairement indiqué que les Etats-Unis figuraient dans la liste de ses cibles prioritaires. Les autorités ont d’ailleurs arrêtés 56 personnes depuis le début de l’année pour leurs liens avec le groupe terroriste. Dans un sondage réalisé par l’Université Quinnipiac avant la tuerie de San Bernardino, 83% des personnes interrogées estimaient probable ou très probable qu’une attaque terroriste frappe dans un avenir proche les États-Unis.

En outre, Daech peut indirectement bénéficier de la législation sur les armes dans le pays. "Ce que la police a trouvé comme arsenal dans la maison du couple peut facilement se retrouver dans d’autres familles américaines non musulmanes", a estimé Laurence Nardon , responsable du programme Amérique du Nord à l’Institut français des relations internationales. Pour preuve, l’arsenal de guerre retrouvé auprès du couple de San Bernardino : deux fusils d'assaut, deux pistolets semi-automatiques, 6.100 cartouches et 12 bombes artisanales.

A LIRE AUSSI >>  Fusillade en Californie : Obama promet à une Amérique inquiète de "traquer les terroristes"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter