Etats-Unis : la marque Ivanka Trump lâchée par une grande chaîne de magasins

Etats-Unis : la marque Ivanka Trump lâchée par une grande chaîne de magasins
International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

ETATS-UNIS - La chaîne américaine de grands magasins Nordstrom a annoncé qu'elle abandonnait la marque Ivanka Trump. En cause ? La baisse des ventes après une campagne de boycottage.

Le revers de la médaille pour le clan Trump ? Deux semaines après l’investiture de Donald Trump, sa fille voit ses affaires dégringoler. Sa marque de vêtements et de chaussures ne fait plus recette, confrontée à une campagne de boycott. Dernier exemple en date : Nordstrom, une chaîne de magasins, a annoncé ce vendredi son intention de ne plus commercialiser ses produits.

Une décision qui, selon le groupe, n’a rien à voir avec l’appel au boycott des produits Ivanka. Nordstrom l’assure : il prend "ses décisions d'achat en fonction de la performance" des produits. Et le géant de préciser que l'abandon de certaines des plus de 2 000 marques vendues dans ses magasins "fait partie du rythme régulier de notre métier. "Chaque année, nous en abandonons environ 10% et rafraîchissons notre assortiment d'autant. Dans ce cas, en nous fondant sur la performance de la marque, nous avons décidé de ne pas l'acheter pour cette saison", ajoute le groupe.

Ne pas s'aliéner de potentiels clients

Hasard du calendrier, cette décision intervient pourtant après une campagne intitulée #GrabYourWallet ("attrapez votre porte-monnaie"). Celle-ci demande aux consommateurs de boycotter les magasins vendant des produits Trump. Cette campagne avait été lancée en octobre 2016 par deux femmes en reprenant une expression très crue de l'actuel président Donald Trump. Dans une vidéo de 2005 qui a fait scandale en octobre dernier, il se vantait de pouvoir se payer les femmes qu'il voulait et de les "attraper par la chatte" ("grab them by the pussy").

Depuis, la campagne a fait des émules. Et Nordstrom n'est pas un cas isolé : les entreprises américaines sont effet contraintes à un très délicat exercice d'équilibriste pour ne pas s'aliéner de potentiels clients. La marque de baskets New Balance a âr exemple été victime de ce nouveau climat électrique : peu après l'élection choc du candidat républicain, le PDG de l'équipementier sportif, Matt LeBretton, a lancé que "les choses semblent aller dans la bonne direction". Une vaste campagne de boycott se met aussitôt en branle sur Twitter, forçant la marque à assurer qu'elle soutient "les gens de tous horizons". 

Le géant des sodas Pepsico a vécu une expérience similaire mais venant du camp opposé. Deux jours après l'élection, sa patronne Indra Nooyi assure que ses employés étaient "en pleurs" et relaie leurs inquiétudes. "Nos employés, spécialement ceux qui ne sont pas blancs (...), demandent: 'Sommes-nous en sécurité'?"

Voir aussi

En vidéo

Le Petit Q : Le télé-achat d'Ivanka Trump

Voir aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent