Etats-Unis : la moitié des enfants de migrants de moins de cinq ans séparés de leur famille ont été remis à leurs parents

Etats-Unis : la moitié des enfants de migrants de moins de cinq ans séparés de leur famille ont été remis à leurs parents

MIGRANTS - Le gouvernement américain a annoncé jeudi qu'une partie des enfants de moins de cinq ans séparés de leur famille après leur arrivée clandestine aux États-Unis ont été remis à leurs parents, dans les limites des dispositions prévues par la justice.

"À compter de ce matin, les réunifications ont été faites. Tout au long du processus de réunification, notre objectif a été le bien-être des enfants et leur retour dans un environnement sûr." C’est par ces mots que le gouvernement américain a annoncé, via un communiqué envoyé jeudi, que les enfants de moins de 5 ans avaient été remis à leurs parents, dans le délai prévu par la justice.

Le 7 mai, le gouvernement de Donald Trump a ordonné la séparation des parents et des enfants entrés sans papiers aux Etats-Unis, avant de renoncer à cette mesure fin juin à la suite de pressions nationales et internationales.


Un juge de San Diego saisie par l’American Civil Liberties Union (ACLU) avait ordonné le 26 juin la réunification sous 15 jours des enfants de moins de cinq ans avec leurs parents, et sous 30 jours pour les autres, fustigeant la politique de "tolérance zéro" sur l'immigration qui ordonnait l'arrestation systématique et les poursuites au pénal de tous les clandestins franchissant la frontière.

57 enfants sur 103 ont retrouvé leur famille

La deadline était fixé au 10 juillet pour les plus jeunes. Deux jours après le délai, la mission est accomplie pour la plus grande majorité des enfants, estime donc le gouvernement. Quarante-six des 103 enfants de cette tranche d’âge placés sous la protection du gouvernement restent toutefois séparés de leurs parents, notamment pour des raisons de sécurité ou du fait de l’expulsion des parents, précise le département américain de la Sécurité intérieure. Sur ces 46, 22 enfant n’ont pas été rendus à leurs parents, à cause de problèmes de sécurité posés par les adultes concernés (faux certificats de naissance accusations de viol d’enfants, passifs criminel). Pour 24 autres enfants, les adultes étaient expulsés et ont été contactés, ou sont détenus dans des prisons d’Etats, comme le présente cette infographie.

"Bien sûr, il reste énormément de travail acharné et d'obstacles à nos équipes pour réunir les familles restantes", estime encore l'administration Trump qui précise "ne pas aborder cette mission à la légère" et avoir "l'intention de continuer [ses] efforts de bonne foi pour réunifier les familles." Une autre date limite est en effet fixée au 26 juillet pour plus de 2 000 autres enfants plus âgés.

En vidéo

VIDÉO - Emmanuel Macron refuse les "déportations" de migrants dans des "camps" en Europe ou ailleurs

Plus de 2300 enfants, séparés au total

L’administration tient cependant à réaffirmer sa fermeté : "Certains faits demeurent : le peuple américain a donné à cette administration un mandat pour mettre fin à l'anarchie à la frontière, et le président Trump tient sa promesse de faire exactement cela", écrit le gouvernement dans son communiqué. "Notre message a toujours été clair : ne risquez pas votre propre vie ou la vie de votre enfant en essayant d'entrer illégalement aux États-Unis. Appliquez la loi et attendez votre tour."


Au total, plus de 2300 enfants, dont environ 100 de moins de cinq ans, avaient été séparés de leur famille et hébergés dans des centres d'accueil gérés par le ministère de la Santé (HHS) en quelques semaines. Plus de 500 ont déjà retrouvé leurs parents mais le gouvernement peine à tenir le rythme. Le HHS a admis ce jeudi devoir recourir à des tests ADN et à des procédures accélérées pour identifier les enfants et leurs parents.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter