États-Unis : la police alerte sur le "possible projet d'une milice" d'attaquer le Capitole ce jeudi 4 mars

États-Unis : la police alerte sur le "possible projet d'une milice" d'attaquer le Capitole ce jeudi 4 mars

La police chargée de la sécurité du Capitole a alerté sur le "possible projet d'une milice" d'attaquer jeudi le siège du Congrès américain. Soit deux mois après l'assaut du bâtiment.

Le Capitole à nouveau dans le viseur des partisans de Donald Trump ? C'est en tout cas ce que redoute la police qui, ces dernières heures, a eu vent du "possible projet d'une milice". Si les autorités ne se sont pas montrées plus précises, tous les regards se tournent vers des membres de Qanon, ce mouvement conspirationniste, persuadé que l'ex-président s'est fait voler l'élection présidentielle.

Toute l'info sur

Le Capitole envahi par des partisans de Donald Trump

"Nous avons obtenu des informations qui montrent un possible projet d'une milice identifiée visant à forcer l'entrée du Capitole le 4 mars", a écrit la police dans un communiqué, en affirmant être "préparée pour toutes menaces potentielles". "Nous prenons ces informations au sérieux", souligne-t-elle. 

"Compte tenu de la nature sensible de ces informations, nous ne pouvons pas donner plus de précisions à ce stade", ajoute le texte. Difficile pour autant de ne pas voir l'ombre de Qanon : des membres du mouvement n'ont en effet jamais accepté la victoire de Joe Biden et pensent que le 4 mars, Donald Trump sera investi président des États-Unis pour un second mandat.

Pourquoi le 4 mars ?

Cette date ne doit rien au hasard : jusqu'en 1933, les présidents américains étaient investis le 4 mars, et non le 20 janvier comme c'est désormais la tradition. Or, si le démocrate a finalement bien été investi le 20 janvier, des militants croient encore que son rival républicain va revenir au pouvoir jeudi, même s'il est difficile d'évaluer leur nombre.

Lire aussi

Lundi, le responsable de la sécurité au Congrès, Timothy Blodgett ("Acting Sergeant at Arms"), avait envoyé un message aux parlementaires pour les informer qu'il surveillait des informations "liées au 4 mars et aux possibles manifestations entourant ce que certains appellent 'le vrai jour de l'investiture'".  "L'importance de cette date a apparemment diminué parmi différents groupes ces derniers jours", soulignait-il toutefois dans un courriel publié par des médias américains.

La police du Capitole, elle, préfère jouer la carte de la prudence. Elle affirme avoir "déjà opéré un renforcement important de la sécurité" depuis le 6 janvier, lorsque des centaines de partisans de Donald Trump avaient envahi le siège du Congrès pendant que les parlementaires certifiaient la victoire du démocrate Joe Biden.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Pourra-t-on se déplacer normalement cet été ?

"Crétin de fils de ..." : Donald Trump s’en prend violemment au chef des républicains au Sénat

Covid-19 : la Chine remet en cause l'efficacité de ses propres vaccins

EXCLUSIF - Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, sort du silence ce soir sur TF1

Lire et commenter