Etats-Unis : le Black Panther qui devait être libéré lundi devra encore patienter

Etats-Unis : le Black Panther qui devait être libéré lundi devra encore patienter

DirectLCI
LIBÉRATION - Un juge fédéral américain a décidé lundi de libérer Albert Woodfox, un prisonnier membre des Black Panthers qui a passé près de 43 ans à l'isolement. Après appel du parquet, il devra cependant patienter au moins jusqu'à vendredi.

Après 43 ans passés à l'isolement, Albert Woodfox, plus ancien prisonnier américain à être détenu dans de telles conditions, devait être libéré. Ainsi en avait décidé un juge fédéral américain, lundi 8 juin. Mais peu après, le procureur général de Louisiane a fait appel et obtenu le maintien provisoire de Woodfox en détention, au moins jusqu'à vendredi. Cet homme de 68 ans, militant des Black Panthers, mouvement révolutionnaire afro-américain, avait été condamné à perpétuité et placé en confinement au centre pénitentiaire de Louisiane, à Angola , en 1972, pour sa responsabilité dans la mort d'un garde lors d’une mutinerie cette année-là.

Celui qui, l'année précédente, avait été incarcéré pour un vol à main armée, avait pourtant toujours clamé son innocence. Il a finalement eu gain de cause, puisque le juge fédéral James Brady a ordonné sa libération inconditionnelle, arguant de "preuves de l'innocence" du détenu. En novembre, le 5e circuit de la Cour d'appel des Etats-Unis avait déjà décidé d'une libération. Mais cette décision avait été à annulée par une décision judiciaire au niveau de l'Etat en février dernier. Pour l'heure, il doit encore patienter quelques jours, voire quelques semaines, avant de pouvoir sortir de prison.

Cinq "circonstances exceptionnelles"

Le juge Brady avait fait état de cinq "circonstances exceptionnelles" autorisant une libération immédiate et inconditionnelle de cet homme : son âge, son mauvais état de santé, le préjudice consistant à laisser un détenu pendant plus de 40 ans en confinement, et le fait qu'il a déjà été jugé par deux fois pour un crime survenu il y a plus de 40 ans.

Albert Woodfox, Herman Wallace et Robert King, plus connus comme les "Trois d'Angola", vivaient confinés dans leur cellule. Initialement détenus pour un vol à main armée, ils auraient été reconnus coupables par un "jury partial", selon plusieurs ONG, du meurtre d’un gardien de prison en 1972, alors qu'ils ont toujours nié ce crime. Robert King a été libéré en 2001 après l'annulation de sa condamnation. Herman Wallace est sorti en 2013, il est mort 3 jours après sa libération .

A LIRE AUSSI
>> Innocenté après 39 ans derrière les barreaux
>> 30 ans de couloir de la mort, et enfin, la libération
>> Un New Yorkais libéré après 29 ans de prison pour rien

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter