États-Unis : le Covid a fait 140.000 orphelins, les enfants noirs beaucoup plus touchés

États-Unis : le Covid a fait 140.000 orphelins, les enfants noirs beaucoup plus touchés

INÉGALITÉS - Selon une étude publiée ce jeudi dans la revue Pediatrics, 140.000 enfants américains ont perdu un parent à cause du Covid-19. Au-delà de ce chiffre, les chercheurs ont pointé des disparités importantes entre les origines de ces orphelins.

La pandémie de Covid-19 a causé aux États-Unis des disparités "troublantes". Selon une étude publiée ce jeudi dans la revue Pediatrics, plus de 140.000 enfants ont perdu un de leurs parents du Covid-19. Parmi eux, "les enfants non blancs constituent 65% des orphelins de la pandémie", soit plus de 91.000 enfants non blancs pour 51.000 enfants blancs, indique l'étude réalisée sur les 15 premiers mois de la pandémie.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Dans le détail, l'étude révèle qu'un enfant noir a eu 2,5 fois plus de risque de perdre un parent principal ou secondaire du Covid-19 qu'un enfant blanc. Entre le 1er avril 2020 et le 30 juin 2021, un sur 310 a perdu un tuteur, contre un enfant blanc sur 753. Les enfants hispaniques sont quant à deux fois plus susceptibles que les enfants blancs de perdre un parent. Un sur 412 en a perdu au moins un. Enfin, les risques sont multipliés par cinq pour les enfants amérindiens : environ un sur 168 a dû enterrer l'un de ses parents.

Les disparités étaient beaucoup plus prononcées dans certains États. En Californie, 67% des enfants qui ont perdu leurs principaux dispensateurs de soins étaient hispaniques. Dans le Mississippi, 57% des enfants qui ont perdu leurs principaux dispensateurs de soins étaient noirs, selon l'étude.

Si dans la majorité des cas, ces enfants continuent de vivre avec l'un de leurs parents, les chercheurs estiment que Covid-19 a entraîné une augmentation de 15% du nombre d'enfants orphelins de leurs deux parents.

La crainte d'un accroissement des inégalités

"Ces résultats mettent vraiment en lumière les enfants qui ont été rendus les plus vulnérables par la pandémie et vers lesquels des ressources supplémentaires devraient être dirigées", déclare l'un des auteurs de l'étude, le Dr Alexandra Blenkinsop de l'Imperial College de Londres, dans un communiqué.

Susan Hillis, chercheuse au CDC et auteure principale de l'étude, s'inquiète, elle aussi, des "graves répercussions immédiates et à long terme de ce problème pour les générations à venir". "La perte d'un parent est probablement l'un des événements les plus déstabilisants qui peuvent arriver dans la vie d'un enfant", abonde auprès du site USA Today le Dr Nora Volkow, psychiatre et directrice de l'Institut national de la toxicomanie. "Cela pourrait fondamentalement entraver et aggraver les inégalités si nous n'y prêtons pas attention."

Lire aussi

Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé au monde, avec 707.788 décès comptabilisés. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi prochain ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Procès du 13-Novembre : des proches de victimes du Bataclan et des policiers entendus ce mercredi

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

VIDÉO – Un an de précipitations en 48h : la Sicile frappée par des inondations meurtrières

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.