Etats-Unis : les 10 jours qui pourraient faire vaciller Donald Trump

International
DANS LA TOURMENTE - Le président des États-Unis est pris depuis dix jours dans un tourbillon politique dont il pourrait ne pas sortir indemne. Jour par jour, voici depuis le 9 mai, la chronologie d'une crise que certains commentateurs comparent déjà au Watergate.

9 mai : le directeur du FBI James Comey limogé

Première déflagration politique avec le limogeage du directeur du Federal Bureau of Investigation James Comey. Officiellement Donald Trump lui reproche la manière dont a été géré le dossier des emails d'Hillary Clinton. Et de préciser dans un communiqué :

Le FBI est l'une des institutions les plus respectées de notre pays et aujourd'hui marquera un nouveau départ pour l'agence-phare de notre appareil judiciaire.Donald Trump, le 9 mai 2017

Petit détail d'importance,  James Comey était aussi en charge d'une enquête sur de possibles ingérences russes pendant la campagne présidentielle américaine.

En vidéo

Donald Trump limoge le patron du FBI, les Démocrates crient au scandale politique

11 mai : "Les investigations vont se poursuivre"... la réplique du nouveau directeur du FBI

Donald Trump voulait-il mettre fin à l'enquête sur de possibles ingérences russes en limogeant le directeur du FBI ? Seule certitude, Andrew McCabe, successeur par intérim de James Comey à la tête du FBI, a apporté son soutien à son prédécesseur et annoncé vouloir poursuivre les investigations en cours :

Le travail des hommes et des femmes du FBI continue quels que soient les changements de circonstances, quelles que soient les décisions.Andrew McCabe, directeur par intérim devant le Sénat américain, le 11 mai 2017

15 mai : Donald Trump accusé d'avoir partagé des "informations hautement classifiées" avec les Russes

Le Washington Post révèle que Donald Trump "a révélé des informations hautement classifiées"  au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et à l'ambassadeur russe Sergey Kislyak lors d'une rencontre le 10 mai à la Maison Blanche, soit le lendemain du limogeage de James Comey.

En vidéo

Etats-Unis : Trump aurait communiqué des informations classifiées à la Russie

16 mai : Donald Trump aurait fait pression sur le FBI pour mettre fin à une enquête

Un jour après le Washington Post, c'est au tour du New York Times de révéler que Donald Trump aurait fait pression sur le FBI pour mettre fin à une enquête concernant Michael Flynn, un de ses anciens conseillers à la sécurité nationale. Une note écrite  de l'ancien directeur du FBI James Comey cite le président américain à propos de Michael Flynn :

C’est quelqu’un de bien. J’espère que vous pourrez laisser tomber.Donald Trump au sujet de Michael Flynn, propos rapportés dans une note de James Comey

Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale, avait été contraint à la démission le 13 février dernier pour avoir négligé de révéler des contacts multiples avec l’ambassadeur russe aux Etats-Unis.

17 mai : un procureur spécial nommé pour enquêter sur la campagne de Donald Trump

Le ministre adjoint à la Justice Rod Rosentstein nomme Robert Mueller, un procureur spécial - par ailleurs ancien patron du FBI - chargé de garantir l'indépendance de l'enquête sur une éventuelle collusion entre des proches de Donald Trump et la Russie. Et de justifier ce choix :

Ma décision (de nommer Robert Mueller) n'est pas la conclusion que des crimes ont été commis ou qu'une poursuite de quelque sorte est justifiée. (...) l'intérêt public requiert pour moi de placer cette enquête sous l'autorité d'une personne exerçant avec un degré approprié d'indépendance par rapport à la chaîne de commandement habituelle.Rod Rosenstein au sujet de la nomination de Robert Mueller, le 17 mai 2017

18 mai : Donald Trump dénonce "une chasse aux sorcières"

Le président des Etats-Unis se dit sur Twitter victime de "la plus importante chasse aux sorcières d'un homme politique dans l'histoire des Etats-Unis". Interrogé le jour même lors d'une conférence de presse par un journaliste de CNN qui lui demande s'il a demandé à James Comey d'arrêter l'enquête sur Michael Flynn, Donald Trump répond : "Non. Non. Question suivante."

19 mai : nouvelles révélations de la presse américaine, James Comey va témoigner devant le Sénat

Le New York Times fait de nouvelles révélations sur la rencontre à la Maison Blanche entre Donald Trump, Sergueï Lavrov et Sergey Kislyak le 10 mai dernier. Le président américain aurait notamment déclaré :

Je viens de virer le directeur du FBI. Il était fou, un vrai dingue. Je faisais face à une grande pression de la Russie. Elle s’est allégée. Donald Trump lors de sa rencontre avec Sergueï Lavrov et Sergey Kislyak le 10 mai 2017

Le même jour, le Washington Post révèle qu'un responsable de la Maison Blanche a été identifié par les enquêteurs qui travaillent sur des liens éventuels entre l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie. Un proche de l'enquête précise au journal : "Les soupçons atteignent le plus haut niveau de l'Etat".

Le grand déballage, lui, ne fait que commencer : l'ancien directeur du FBI James Comey annonce en effet qu'il a  accepté de témoigner publiquement devant le Sénat américain. 

Mark Warner, sénateur démocrate et numéro deux de la commission du Renseignement, a déclaré "espérer que le témoignage de l'ancien directeur permettra de répondre à certaines des questions soulevées depuis qu'il a été soudainement renvoyé par le président". Cette audition publique de l'ancien directeur du FBI n'aura pas lieu avant la fin du mois de mai.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter