Etats-Unis : malgré les pressions de Trump, l'abrogation de l'Obamacare échoue une 3e fois

Etats-Unis : malgré les pressions de Trump, l'abrogation de l'Obamacare échoue une 3e fois

NOUVEAU RATÉ - Faute de consensus et après deux échecs en mars et en juillet, le projet d'abrogation partiel de la loi santé de Barack Obama ne sera pas voté au Sénat cette année, pourtant majoritairement républicain.

Les pressions de Donald Trump n'auront pas été suffisantes. Les républicains, majoritaires au Sénat, ont officiellement renoncé mardi 26 septembre à abroger la loi sur la couverture maladie de Barack Obama, l'Obamacare

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Un revers pour Donald Trump

Le président Donald Trump avait repris à son compte cet engagement de campagne républicain, répété à chaque élection depuis 2010. Il a incité ses partenaires de la majorité, au printemps, cet été et encore cet automne, à surmonter leurs différends et à adopter une réforme. En vain. 

Après quelques semaines de négociations en coulisses, la majorité a officiellement jeté l'éponge, à quelques jours de la date-butoir du 30 septembre, fin de l'année budgétaire. "Nous avons décidé, puisque nous n'avons pas les voix, de reporter le vote", a annoncé à la presse le sénateur Bill Cassidy, coauteur de la réforme dite Graham-Cassidy. 

"Nous y arriverons un jour"

La défection annoncée de trois des 52 sénateurs de la majorité républicaine, sur un total de 100 sièges, a poussé les partisans de la réforme à y renoncer. En juillet, après un premier échec en mars, une précédente version du texte avait de nouveau été rejetée par le Sénat, là encore en raison de défections, notamment celle de John McCain.

Lire aussi

La nouvelle mouture de la réforme n'aurait pas aboli entièrement l'Obamacare, mais aurait supprimé des pans entiers de la loi, ce qui aurait conduit, selon le Bureau du budget du Congrès, à la sortie de millions de personnes du système de couverture-maladie. 

Les promoteurs de l'abrogation ont toutefois affirmé qu'ils reviendraient à la charge l'an prochain. "Nous y arriverons un jour", a affirmé Lindsey Graham, l'autre auteur du texte. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Jackpot record de l'Euromillions : ces gagnants pour qui la chance a (très mal) tourné

11% des Français déjà infectés par le Covid-19 : quelles sont les régions les plus touchées ?

EN DIRECT - Loi "Sécurité globale" : 52.350 manifestants en France dont 5.000 à Paris, selon l'Intérieur

"Jean Moulin était un scientifique" : les perles du test de culture G des candidates à Miss France

Lire et commenter