"On ne peut pas accepter cela ! " : un ancien membre du FBI fond en larmes en direct après la tuerie en Floride

DirectLCI
TROP C'EST TROP - Philip Mudd, un ancien membre du FBI, a fondu en larmes en direct mercredi soir sur CNN après la tuerie dans un lycée de Floride qui a fait au moins 17 morts. "Est-ce qu'on peut prendre conscience, dans ce pays, qu'on ne peut pas... qu'on ne peut pas accepter cela !" a-t-il expliqué.

Il était interrogé sur CNN quelques heures seulement après la tuerie du lycée de Parkland . Alors que les Etats-Unis viennent d'apprendre qu'un individu a ouvert le feu dans un établissement de Floride, tuant 17 personnes, les spécialistes des questions policières se succèdent mercredi soir sur les plateaux TV pour analyser la situation en direct.


Philip Mudd, ancien membre de la CIA et du FBI, retraité de ses fonctions depuis 2010, est de ceux-là. Correspondant pour CNN, il est un habitué des commentaires à chaud à propos de diverses tragédies. Mais son interview, ce mercredi 14 février, ne se passe pas comme prévu.  

Duplex coupé

"Qu'est-ce qui vous passe par la tête, à vous qui avez travaillé au FBI ?" lui demande le présentateur, le regard tourné vers l'écran diffusant le duplex. "J'ai dix neveux et nièces, on parle de stocks d'explosifs, de législation..." commence Philip Mudd, dans une prise de parole désordonnée. Ses yeux sont remplis de larmes et sa voix se brise sous les sanglots lorsqu'il poursuit : "Un enfant de Dieu est mort. Est-ce qu'on peut prendre conscience, dans ce pays, qu'on ne peut pas... qu'on ne peut pas accepter cela !"


Baissant la tête et tentant vainement de refouler ses pleurs, l'ancien membre du FBI informe le présentateur qu'il ne pourra pas répondre à l'interview : "Je suis désolé" dit-il. Le duplex est rapidement coupé, mais sur les réseaux sociaux, la séquence ne passe pas inaperçue. De nombreux télespectateurs comprennent en effet la détresse et l'impuissance de cette ancienne somité. "Quand je vois [Philip Mudd], c'est comme ça que j'imagine ce que ressentent beaucoup de parents en ce moment... il y a si peu d'espoir que notre gouvernement fasse quelque chose" dit ainsi un programmateur pour la radio.

"Aujourd'hui nous sommes tous Philip Mudd" écrit encore une présentatrice de NBC.

Alors que les appels contre le lobby des armes se multiplient, cette tuerie est la 18e fusillade dans une école depuis le début de l'année 2018. 

Plus d'articles

Sur le même sujet