États-Unis : plus de 10.000 migrants sous un pont à la frontière texane

États-Unis : plus de 10.000 migrants sous un pont à la frontière texane

CRISE - Une dizaine de milliers de migrants, dont une majorité d’Haïtiens, campent ces derniers jours sous un pont de Del Rio (Texas), à la frontière américano-mexicaine. L’état d’urgence a été décrété par le maire de la ville et le pont fermé à la circulation. Washington a annoncé une accélération des expulsions par avion.

Les autorités américaines sont confrontées ces derniers jours à une crise humanitaire d’ampleur, alors que des milliers de personnes ont migré vers la frontière texane, jusqu’à la ville de Del Rio, et campent désormais sous un pont de la ville. Moins de 2000 en début de semaine, ils étaient environ 12.000 vendredi 17 septembre à attendre "d’être arrêtés par les gardes-frontières", selon le maire Bruno Lozano. La plupart de ces migrants ont traversé le fleuve Rio Grande, reliant le Mexique aux États-Unis, et arrivent tout droit d’Haïti, petit pays des Caraïbes plongé dans une situation proche du chaos après l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet et un séisme meurtrier en août. 

Le pont et le port de Del Rio fermés

Dans ce contexte, la ville frontalière de Del Rio a décrété vendredi l’état d’urgence et fermé le pont qui la relie à Ciudad Acuña à la circulation. "Le trafic international se poursuivra normalement", ont indiqué les autorités dans un communiqué. Pourtant, quelques heures plus tard, le port de la ville fermait lui aussi. "Cette fermeture temporaire est nécessaire pour répondre aux besoins urgents de sûreté et de sécurité que présente cet afflux de migrants", ont justifié les services de douanes de Del Rio, alors que des milliers d’autres arrivées sont appréhendées par les autorités de cette ville de 35.000 habitants. 8000 personnes pourraient rejoindre Del Rio dans les prochains jours, estime Bruno Lozano.

"Les circonstances désastreuses nécessitent des réponses désastreuses", a déclaré l’édile au Texas Tribune. "Il y a des gens qui ont des bébés là-bas, des gens qui s’effondrent à cause de la chaleur. Ils sont assez agressifs, à juste titre : ils subissent la chaleur jour après jour." Dans un communiqué, les gardes-frontières ont assuré avoir augmenté leurs effectifs afin de faire face de manière "sûre, humaine et ordonnée" à la prise en charge des personnes campant sous le pont et leur avoir distribué eau potable, serviettes et toilettes portatives.

Washington va accélérer les expulsions par avion

Mais quel sort va-t-il être réservé à ces milliers de personnes ? Une fois pris en charge, "la grande majorité des adultes arrivés seuls et de nombreuses familles seront refoulés en vertu d'une règle sanitaire" adoptée au début de la pandémie, ont affirmé vendredi les gardes-frontières. Mais la veille, un juge fédéral a ordonné au gouvernement de ne plus refouler les familles dans ce cadre, ce qui a fait l'objet d'un appel formé par l'exécutif. Dans le même temps, un responsable de l’administration Biden a laissé entendre sous couvert d’anonymat à l’agence AP que l’exécutif prévoyait l’expulsion des migrants haïtiens en les mettant sur des vols à compter de ce dimanche. "La Garde nationale du Texas et le ministère de la Sécurité publique resteront vigilants dans la zone de garde", a réagi le gouverneur texan Greg Abbott sur son compte Twitter, relayant la nouvelle.

Lire aussi

Le gouvernement de Joe Biden a finalement annoncé samedi qu'il allait accélérer le rythme des expulsions par avion des plus de 10.000 migrants. Dans un communiqué, le ministère de la Sécurité intérieure a annoncé qu'il allait "obtenir des transports supplémentaires pour accélérer le rythme et augmenter la capacité des vols d'expulsions vers Haïti et d'autres destinations", à bord d'avions, dans les prochaines 72 heures. 

Les autorités américaines doivent gérer un nombre historique d’arrivées de Mexicains à la frontière. Plus d’1,3 million de migrants ont été interpellés depuis l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche en janvier 2021, un niveau inédit depuis 20 ans.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

"C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.