"Renfrogné, maussade, qui ne sourit jamais"... Trump déclare la guerre à McConnell, le boss des républicains au Sénat

"Renfrogné, maussade, qui ne sourit jamais"... Trump déclare la guerre à McConnell, le boss des républicains au Sénat

CONFLIT - Donald Trump s'en est violemment pris mardi au chef des républicains au Sénat, Mitch McConnell. Ce dernier avait accusé l'ex-président américain d'être "responsable" de l'assaut meurtrier du Capitole.

La colère froide de Donald Trump. Très discret depuis son départ de la Maison Blanche, l'ancien président est sorti du bois mardi pour étriller Mitch McConnell, le patron des républicains au Sénat. Une façon de régler ses comptes avec celui qui l'a accusé d'être "responsable" de l'assaut meurtrier du Capitole e 6 janvier dernier. Mais aussi de se poser en leader du parti républicain, plus que jamais en crise.

Toute l'info sur

Le second procès de Donald Trump

"Mitch est un politicien renfrogné, maussade, qui ne sourit jamais et si les sénateurs républicains restent avec lui, ils ne gagneront plus", a écrit l'ex-président dans un communiqué cinglant. "Le parti républicain ne pourra plus jamais être respecté ou fort avec des "dirigeants" politiques comme Mitch McConnell aux commandes", insiste-t-il. "Maintenant, ses chiffres" dans les sondages "sont encore plus bas que jamais auparavant, il détruit le côté républicain du Sénat et du même coup, fait terriblement de mal à notre pays", affirme Donald Trump. 

Le parti républicain en plein doute

Dans une autre attaque, le magnat de l'immobilier affirme que Mitch McConnell "n'a aucune crédibilité sur la Chine à cause des intérêts commerciaux chinois considérables de sa famille". Dans son viseur : l'épouse du sénateur, Elaine Chao. Née à Taïwan, elle fut la ministre des Transports de Donald Trump pendant quasiment ses quatre ans de mandat. Elle avait été visée en septembre 2019 par une enquête parlementaire, soupçonnée d'avoir profité de sa position pour promouvoir les intérêts d'une compagnie maritime appartenant à sa famille, notamment auprès du gouvernement chinois. La ministre avait annoncé sa démission au lendemain de l'assaut du Capitole du 6 janvier, en citant cet "événement traumatisant, totalement évitable", pour expliquer son départ. 

Si Donald Trump n'a pas retenu ses coups vis-à-vis de Mitch McConnell, c'est que ce dernier a multiplié les tacles entre l'attaque du Capitole et le second procès en destitution de l'ancien président, qui s'est tenu la semaine dernière. Les émeutiers ont agi ainsi "car l'homme le plus puissant de la planète les avait nourris de mensonges", avait-il asséné dans l'hémicycle, en martelant que "seul le président Trump" aurait pu arrêter la foule. Et de lâcher, indigné : "A la place, il a regardé la télévision, heureux... heureux pendant le chaos". 

Lire aussi

Aussi violente soit-elle, la guerre ouverte entre les deux hommes n'est guère surprenante. Depuis le 6 janvier, les couteaux sont tirés au parti républicain. Pour preuve, leurs divisions au cours du procès Trump : samedi, les sénateurs ont été une majorité - 57 sur 100 - à se prononcer pour sa condamnation. Dont, fait sans précédent, sept républicains. À la Chambre, dix républicains avaient voté avec les démocrates en faveur de sa mise en accusation. Tous subissent depuis de féroces réactions dans leur parti, et parfois jusqu'au sein de leurs familles. Car Donald Trump reste immensément populaire dans son camp : trois quarts des électeurs républicains veulent qu'il continue à jouer "un rôle de premier plan" dans le parti, selon un sondage Quinnipiac publié lundi. 

La politique américaine vous intéresse ? Alors découvrez notre podcast "Far West"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Coups bas, coups tordus, coups d’éclat…. Replongez dans le Far West électoral de la campagne américaine. Avec un Donald Trump affaibli par la pandémie, un Joe Biden qui portait tous les espoirs de revanche des démocrates, cette présidentielle 2020 a été plus électrique et passionnante que jamais… Avec Magali Barthès, du service étranger de LCI, et ses invités, mettez-vous dans la peau d'un électeur américain. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 250.000 doses de vaccin injectées en 24 heures, l'accélération se confirme

Vaccination des soignants : comment expliquer les disparités entre professions ?

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Meghan et Harry chez Oprah : l'interview qui a fait basculer la famille royale dans un mauvais soap

Lire et commenter