États-Unis : une série d'explosions de colis piégés sème la panique à Austin, en plein festival SXSW

DirectLCI
PSYCHOSE - En dix jours, trois explosions aux colis piégés, dont deux ce lundi, ont frappé la ville d'Austin, au Texas, faisant deux morts et plusieurs blessés. En plein festival SXSW, la police, qui considère les affaires "liées", a appelé la population à être extrêmement prudente, la piste d'attentats racistes étant étudiée.

La psychose gagne Austin. En dix jours, trois explosions, deux ce lundi, aux colis piégés sont survenues dans la capitale texane, faisant deux morts et plusieurs blessés. Le tout alors que se tient depuis le 9 mars et ce jusqu'au 13, le festival très réputé South by Southwest, aussi appelé SXSW, mêlant cinéma, musique et médias interactifs. Selon la police, toutes ces attaques sont "liées".

Un premier colis piégé le 2 mars dernier

Tout a commencé le 2 mars dernier lorsqu'un colis piégé, déposé à l'entrée d'une maison où vivent des personnes de type afro-américain, a tué un homme de 39 ans. Dix jours plus tard, ce lundi donc, un autre colis piégé a tué dans la matinée, à un autre endroit de la ville, un jeune homme de 17 ans et blessé une femme habitant le même immeuble, où vivent également des Noirs, selon la police texane. Enfin, un peu plus tard, toujours ce lundi, une nouvelle explosion a retenti, blessant cette fois-ci grièvement une femme d'origine hispanique âgée de 75 ans.


Si la police texane n'a pas immédiatement fait le lien entre la troisième et dernière explosion et les deux précédentes, elle avait indiqué dans un premier temps aux habitants de ne pas ouvrir les paquets déposés devant leur porte. "Nous percevons effectivement des ressemblances et estimons actuellement que ces dossiers sont liés. Nous ignorons toutefois quel peut être le mobile derrière ces dossiers", a expliqué le chef de la police d'Austin, Brian Manley, en conférence de presse concernant les deux premiers cas.

Des attaques de nature raciste ?

Les enquêteurs poursuivent leurs investigations et savent d'ores et déjà quels types d'engins explosifs ont été employés lors  des deux premières explosions, a indiqué Brian Marley, sans donner plus de précisions. Si le mobile n'est pas encore établi, les autorités étudient attentivement l'éventuelle piste d'attentats de nature raciste. En effet, les victimes des deux premières explosions étaient noires. Néanmoins, "aucune  indication pour le moment" ne pointe vers un acte de terrorisme, a ajouté Brian Marley.


Dans l'après-midi, la police inspectait des maisons de la ville dans le but de trouver des caméras de surveillance afin de démasquer le ou les coupables. Selon les enquêteurs, les paquets déposés ont été laissés en personne dans la nuit, et non pas livrés par des employés de La Poste. "Je demande au public de faire attention et d'être prudent", a encore déclaré Brian Manley.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter