Etats-Unis : un lycéen jugé pour avoir envoyé 7.000 tweets de soutien à Daech

Etats-Unis : un lycéen jugé pour avoir envoyé 7.000 tweets de soutien à Daech

DirectLCI
JUSTICE – Un jeune Américain de 17 ans a plaidé coupable jeudi de soutien à une organisation terroriste. Il a en effet envoyé plus de 7.000 tweets de propagande du groupe Etat islamique et facilité le voyage d'un jeune de 18 ans en Syrie.

Du haut de ses 17 ans, Ali encourt quinze ans de prison et une liberté surveillée à vie. Son crime ? Une hyperactivité sur Twitter en soutien à l’Etat islamique : en quelques mois, cet Américain naturalisé a en effet envoyé plus de 7.000 tweets de propagande.

Ce jeudi devant le juge d’Alexandria, en Virginie, le frêle jeune homme a clairement accepté la responsabilité d'une "prolifique présence en ligne", selon les mots d'un responsable du FBI. C’est peu de le dire : ce lycéen "intelligent et qui s'exprime bien" avait réuni plus de 4.000 followers sur son compte Twitter @AmreekiWitness. Une "plateforme pro-EI" qui avait diffusé des milliers de tweets, des appels aux fonds ou des conseils divers et variés à ceux qui voudraient s'engager.

"C'était un bon élève"

A travers Twitter mais aussi sur son blog "Al-Khilafah Aridat" et des articles publiés sur internet, cet habitant de Manassas, en Virginie, partageait ses connaissances technologiques et informatiques pour aider les partisans d'EI à crypter les communications en ligne. En outre, il avait recommandé d'utiliser des bitcoins, une monnaie virtuelle qui circule sur internet, ainsi qu'un "portefeuille noir". Celui-ci permet à son utilisateur de rester anonyme, pour masquer toutes les donations ou financements aux jihadistes.

A LIRE AUSSI >> A 14 ans, l'apprenti djihadiste voulait faire exploser la gare de Vienne

Ce musulman pratiquant et actif à la mosquée de sa ville ne s’est pas contenté de sévir sur la toile : à partir de septembre 2014, il a en effet commencé à "convertir" un jeune Américain de 18 ans, résidant le même comté de Virginie. Dans son plaider coupable, Ali a ainsi reconnu avoir aidé son coreligionnaire Reza Niknejad à se rendre en Syrie, via Istanbul, pour y rejoindre des partisans de l'EI qui devaient le conduire dans la ville frontière d'Urfa. Niknejad est arrivé en Syrie, où il se trouve toujours, selon un message envoyé à Ali confirmé par les procureurs américains. Il a fait parvenir un message à sa famille dans lequel il dit qu'il ne les reverra jamais.

"Ali est plein de remords, il regrette sincèrement ce qu'il a fait et il coopère avec les forces de l'ordre depuis longtemps avant son arrestation", a déclaré son avocat Joseph Flood, aux journalistes. "C'était un bon élève, de bonne famille, avec un brillant avenir devant lui, mais il a pris de mauvaises décisions dont il prend la responsabilité en tant qu'adulte". Ali connaîtra sa peine le 28 août.

A LIRE AUSSI >> L'arme nucléaire, le rêve "tiré par les cheveux" de l'État islamique

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter