"Blackface" : un étudiant qui s'est grimé en Noir exclu de son université

"Blackface" : un étudiant qui s'est grimé en Noir exclu de son université

UNIVERSITÉ - Un étudiant de l'université Central Arkansas a été exclu de son université pour s'être peint le visage en noir lors d'une soirée. La fraternité à laquelle il appartient à elle était suspendue.

La photo partagée sur un compte Instagram privé a rapidement fait le tour des réseaux scociaux. Au cours d'une soirée d'une fraternité étudiante de l'université Central Arkansas (UCA), aux Etats-Unis, l'un de ses membres s'est fait remarquer pour s'être peint le visage en noir. Un "blackface" qui n'a pas fait rire grand monde.

Le président de l'université a rapidement réagi en déclarant que "la photo était hautement offensante et répugnante et qu'elle allait à l'encontre de ce en quoi, à UCA, nous croyons et nous nous battons. Cette instituion embrasse toutes les races, les cultures et les nationalités." Une autre fraternité d'étudiants américains, la Sigma Tau Gamma, avait demandé à ce que l'étudiant auteur du "blackface" soit renvoyé de l'université et que l'association soit suspendue. Elle a été entendue.

Le "blackface", comme l'explique cette tribune de Buzzfeed, est une pratique raciste, qui "essentialise" la couleur de peau et fait d'elle un costume. Née au 19e siècle, popularisée aux Etats-Unis puis en Europe, cette pratique a pris de l'ampleur durant les lois de ségrégations raciales, où des acteurs blancs se déguisaient en noirs dans les "minstrels shows" pour représenter les stéréotypes qui leur étaient associés.

Lire aussi

    Lire aussi

      Sur le même sujet

      Les articles les plus lus

      VIDÉO – Un an de pluie en quelques heures : les images des dégâts des inondations monstres en Sicile

      Que risquera-t-on en roulant sans pneus hiver après lundi ? Le 20H vous répond

      EN DIRECT - 13-Novembre : "Nous sommes des rescapés du Bataclan et des oubliés de l'administration", témoigne un policier

      "C’est ridicule" : la colère monte face aux routes bloquées de la frontière franco-espagnole

      Plus de 5000 cas de Covid-19 par jour : peut-on déjà parler de "cinquième vague" de l'épidémie ?

      Lire et commenter
      LE SAVIEZ-VOUS ?

      Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

      Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.