Ethiopie: au moins 75 manifestants tués par les autorités

Ethiopie: au moins 75 manifestants tués par les autorités

DirectLCI
VIOLENCES - Au moins 75 manifestants ont été tués par la police et l'armée éthiopiennes ces dernières semaines, dénonce ce samedi l'ONG Human Rights Watch.

75 personnes massacrées par leur propre pays, l’Ethiopie. Samedi 19 décembre, l’organisation de défense des droits de l’Homme Human Rights Watch (HRW) tire la sonnette d'alarme. Ces dernières semaines, les forces de sécurité éthiopiennes auraient tué des manifestants dans le région d’Oromia alors qu’ils contestaient le projet gouvernemental d’expropriations de terres. "La police et les forces de l’ordre ont tiré sur les manifestations, tuant au moins 75 manifestants et en blessant de nombreux autres, selon les militants", a déclaré HRW dans un communiqué . Des violences également dénoncées par Londres et Washington, qui a appelé les autorités du pays à la "retenue" et au "dialogue".

Le gouvernement éthiopien, lui, récuse. Selon son dernier bilan officiel, cinq morts sont à dénombrer. Le porte-parole du gouvernement, Getac hew Reda a affirmé que des "manifestations pacifiques" avaient dégénéré en violences et accusé les manifestants de "terroriser les civils". Une communication vite contredite par l’ONG : "Human Rigths Watch a reçu des informations crédibles selon lesquelles les forces de sécurité ont tué des dizaines de manifestants dans les zones de Shewa et Wollega, à l’ouest d’Addis Abeba, début décembre". Et de préciser : "Plusieurs personnes ont dit avoir vu les forces sécurité dans la ville de Walliso, à 100 km au sud-ouest d’Addis Abeba, tirer sur la foule des manifestants en décembre, laissant des corps étendus dans la rue."

Une sécheresse sans précédent

Sur les réseaux sociaux, des photos ont circulé montrant des manifestants en sang et la police tirant des gaz lacrymogènes sur des manifestants. "Le fait que le gouvernement qualifie des manifestants très largement pacifiques de 'terroristes' et l’envoi de forces militaires représentent une escalade très dangereuse", a estimé Leslie Lefkow, directrice adjointe de l’ONG pour l’Afrique. La région de l’Oromia, qui compte 27 millions d’habitants, est la plus peuplée du pays.

L’Ethiopie connaît par ailleurs "la pire sécheresse depuis cinquante ans", avait déclaré début décembre John Graham, le directeur de l’ONG Save The Children. Début 2016, 10 millions d'Ethiopiens auront besoin d’une aide alimentaire d’urgence d’après le gouvernement du pays, soit près de 10 % de la population. L’Ethiopie comptait près de 91 millions d’habitants en 2011. C’est la deuxième puissance démographique du continent.  

EN SAVOIR + >>   "Lamb" : l'incroyable histoire d'amitié entre un enfant éthiopien et sa brebis

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter