Éthiopie : l'Unicef alerte sur la famine qui menacerait 30 000 enfants au Tigré

Des enfants réfugiés du conflit dans la région du Tigré en Éthiopie, en train d'attendre une distribution alimentaire dans le camp de Um Raquba au Soudan, en décembre 2020.

AIDE HUMANITAIRE - Selon les Nations unies, des dizaines de milliers d'enfants souffrant de malnutrition risquent de mourir dans la région du Tigré, au nord de l'Éthiopie, désormais touchée par la famine.

"Sans accès humanitaire pour augmenter notre aide, quelque 30 000 enfants souffrant d'une sévère malnutrition dans ces zones extrêmement peu accessibles courent un grand risque de mourir", a déclaré à Genève James Elder, porte-parole du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

Selon les agences humanitaires de l'ONU, des millions de personnes au Tigré auraient besoin d'une aide alimentaire, dont 350 000 seraient menacées de famine. Ces instances ont dénoncé le blocage de l'aide par des "groupes armés". 

Une alerte lancée par les États-Unis et l'Union européenne

Cet appel fait suite à celui lancé conjointement par les États-Unis et l'Union européenne pour lutter contre l'apparition de cette famine, à la veille d'un sommet des dirigeants du G7 au Royaume-Uni. 

"La famine est peut-être déjà en cours dans certaines zones, menaçant la vie de centaines de milliers de personnes. C'est inadmissible", a lancé l'ambassadrice américaine aux Nations unies, Linda Thomas-Greenfield, lors d'une visioconférence internationale organisée par les États-Unis et l'UE.

Les Nations unies ont déclaré que plus de 90% des plus de cinq millions de personnes vivant au Tigré avaient besoin d'une aide alimentaire d'urgence et ont lancé un appel urgent pour obtenir plus de 200 millions de dollars afin d'intensifier leur réponse.

Lire aussi

Cette crise découle de l'opération militaire lancée le 4 novembre par le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed contre les autorités tigréennes, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), en dissidence vis-à-vis du pouvoir central.

Abiy Ahmed, lauréat du prix Nobel de la paix 2019, avait promis une campagne rapide, mais presque six mois après la prise de la capitale régionale, Mekele, par l'armée fédérale, des combats se poursuivent au Tigré, où la situation humanitaire critique alarme la communauté internationale.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Nouvelle vague orageuse ce dimanche : 28 départements en vigilance orange

VIDÉO - Pluies "tropicales", grêlons, tornades : les images de la France frappée par les orages

VIDÉO - RER inondé à Evry, toit arraché à Alfortville... vent violents et pluies diluviennes sur l’île-de-France

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

Nouvelle sortie hors de l'ISS pour Thomas Pesquet : quelle mission après les incidents de mercredi ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.