Avec le Brexit, le Royaume-Uni dit adieu au programme Erasmus

Un nouveau programme à destination des étudiants est mis en avant par Boris Johnson.

SUBSTITUT - L'accord conclu pour entériner le Brexit inclut l'abandon du programme Erasmus par le Royaume-Uni. Boris Johnson évoque la création d'un nouveau programme mondial en guise de remplacement.

L'accord post-Brexit conclu jeudi 24 décembre avec l'UE aura été long à finaliser et a contraint les autorités britanniques à opérer des choix délicats. Le Premier britannique Boris Johnson a ainsi décidé d'abandonner le programme européen d'échanges pour les étudiants Erasmus, un choix justifié par des questions de coût. Conscient de l'impact potentiel de cette annonce, il s'est empressé d'évoquer la création d'un programme mondial visant à le remplacer.

Toute l'info sur

Brexit : goodbye United Kingdom

Erasmus coûtait "extrêmement cher"

Sortir d'Erasmus a constitué une "décision difficile", a admis Boris Johnson. Ce dernier a assuré que s'il était une "chose merveilleuse" de pouvoir accueillir sur son sol autant d'étudiants européens, le programme s'avérait "extrêmement cher" pour le Royaume-Uni. Le chef du gouvernement conservateur s'est empressé d'annoncer un programme national visant à permettre aux étudiants britanniques d'étudier au sein des "meilleures universités" partout dans le monde et plus uniquement à travers l'Europe.

L'accord conclu signifie que le programme Erasmus, auquel participe le Royaume-Uni depuis 1987, va s'achever. Il doit céder sa place au programme Alan Turing, ainsi nommé en référence au célèbre mathématicien britannique. Pour le négociateur européen, le Français Michel Barnier, il s'agit d'un choix politique dommageable. Il a ainsi exprimé des "regrets" que le Royaume-Uni abandonne Erasmus, tout en incitant le gouvernement à "rapidement" faire preuve de "clarté" sur la solution alternative qu'il va souhaitait déployer.

Les modalités relatives au fonctionnement de ce nouveau programme seront attendues avec impatience par les étudiants européens au Royaume-Uni - qui sont actuellement près de 150.000. À l'avenir, il est fort probable que l'inscription dans une université britannique se révèle plus couteuse et que les démarches à entreprendre pour y parvenir deviennent plus compliquées.

Les sujets économiques vous intéressent ? Écoutez ce podcast d'Expertes à la Une dédié à Anne-Laure Kiechel, économiste spécialisée dans la dette souveraine

Ecoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur DEEZER

- Sur SPOTIFY

- Sur CASTBOX

« EXPERTES A LA UNE » part à la rencontre de CELLES qui ont des choses à dire.  Leur parole ne sera pas interrompue par le son d’une voix plus forte ou plus grave. Les Expertes seront à l’honneur dans ce podcast car le savoir ne doit pas se  résumer à une moitié de l’Humanité. Les invitées sont des femmes légitimes dans leurs domaines de compétence, leur voix doit être entendue. Parfois trop invisibles, je plonge dans chaque épisode au cœur de leur univers intime ou professionnel, sous la forme d’une conversation pour les mettre dans la lumière.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 23.996 ces dernières 24 heures, en hausse de 7% sur une semaine

Alexeï Navalny envoyé en colonie pénitentiaire : "Personne n'en sort indemne"

Dr Gérald Kierzek : "Il n'y a aucune démonstration scientifique qu'un confinement intermittent a une efficacité"

Qui sera vacciné et quand ? Les dates à connaître du calendrier vaccinal

PHOTO - La Nasa publie une vue panoramique de Mars prise par Perseverance

Lire et commenter