Étudiants disparus au Mexique : découverte d'une fosse commune

Étudiants disparus au Mexique : découverte d'une fosse commune

DISPARITION - Les autorités mexicaines enquêtent sur l'identité de cadavres trouvés samedi dans des fosses près d'Iguala où 43 étudiants ont disparu il y a une semaine après une attaque de policiers et d'hommes armés appartenant au crime organisé.

Leurs familles sont sans nouvelle d'eux depuis le 26 septembre. L'enquête sur les quarante-trois étudiants disparus au Mexique vient de connaître un terrible rebondissement, qui expliquerait en partie le sort qui leur a été réservé : "Vers midi aujourd'hui ont été découvertes des fosses clandestines à l'intérieur desquelles on a trouvé des restes humains, près d'une colline dans les environs d'Iguala", a annoncé ce dimanche le procureur de l'Etat de Guerrero, Iñaky Blanco, lors d'une conférence de presse. Le procureur n'a pas précisé le nombre de cadavres trouvés et souhaite attendre les tests génétiques pour confirmer qu'il s'agit bien là des corps des étudiants disparus.

Ces élèves d'une école normale proche de Chilpancingo, capitale de l'État de Guerrero étaient descendus par dizaines le 26 septembre à Iguala, à 100 kilomètres environ de leur école. Selon leurs dires, ils souhaitaient récolter des fonds et manifester contre un projet de réforme de l'éducation.

Trente personnes interpellées

Ils se sont ensuite emparés de trois autobus de transport public locaux pour rentrer chez eux. Des policiers municipaux et des hommes armés non identifiés auraient alors tiré sur ces autobus, faisant trois morts. D'autres fusillades, au cours de la manifestation, avaient fait trois autres victimes.

Il apparaît donc clairement que la police et des bandes appartenant au crime organisé auraient agi de concert pour supprimer les étudiants devenus gênants. La découverte des fosses a en effet été rendue possible par les déclarations de plusieurs des trente personnes arrêtées dans cette affaire, dont des policiers municipaux et des narcotrafiquants, accusés d'avoir participé à cette fusillade lors de la manifestation.

Comme le reste de l'État de Guerrero, Iguala est une zone d'intense activité des trafiquants de drogues. Cette année, on y a déjà découvert une trentaine de cadavres dans plusieurs fosses clandestines. Le représentant de l'ONU au Mexique, M. Jorge Montaño a jugé que cette affaire était d'une "extrême gravité" et se situait "parmi les événements les plus terribles des temps récents".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : la France prolonge la suspension des vols en provenance d'Afrique australe

Covid-19 : plus de 10.000 patients hospitalisés, "la situation est en train de s'aggraver", annonce Olivier Véran

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

Zemmour candidat : plusieurs médias et personnalités dénoncent l'utilisation d'images sans autorisation

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.