Europe : le Polonais Donald Tusk devient le nouveau président du Conseil européen

International

INSTITUTIONS EUROPEENNES – Le Premier ministre polonais Donald Tusk a réussi à faire l’unanimité samedi parmi les principaux dirigeants de l’Union européenne pour occuper le poste de président du Conseil européen.

C’est sur Twitter que son prédécesseur l’a annoncé. Le Premier ministre polonais Donald Tusk a été élu président du Conseil européen ce samedi. Un poste où il succède au Belge Herman Van Rompuy, qui a vendu la mèche sur le réseau social peu avant le début d’un sommet européen qui doit aussi envisager des sanctions contre la Russie dans le dossier ukrainien.

Donald Tusk, 57 ans, pro-européen convaincu et partisan de réponses fermes à la Russie dans la crise ukrainienne, dirigeait jusqu’à présent le gouvernement polonais depuis 2007. Pragmatique, Donald Tusk s'était prononcé pour des sanctions efficaces à l'égard de Moscou à la suite des opérations russes en Ukraine. En revanche, il s’est opposé aux initiatives prises par des pays individuellement, prônant une action "responsable" commune, dans le cadre de l'Otan et de l'Union européenne.

Une Italienne à la tête de la diplomatie européenne

Issu du mouvement Solidarité qui a fait tomber le système communiste en Pologne en 1989, cet historien de formation qui ne parle pas français et mal l’anglais s'est forgé l'image d'un homme très efficace dans le jeu politique, capable de tourner à son avantage les situations les plus délicates. Bon orateur, Donald Tusk s'emploie à avoir un langage modéré, avec un souci non dissimulé de séduire son auditoire. Mais il sait aussi faire preuve de fermeté face à ses interlocuteurs, notamment européens. Le premier ministre polonais a toujours prôné le renforcement des institutions européennes. Il a lié l'adoption de l'euro par la Pologne à un règlement durable de la crise de la dette.

Federica Mogherini, elle, a été désignée à la tête de la diplomatie européenne en étant élue haute représentante aux affaires étrangères de l'UE . La ministre italienne des Affaires étrangères, candidate de Matteo Renzi et des socio-démocrates, succède à la transparente Britannique Catherine Ashton alors que l’Europe est attendue sur la scène internationale, en particulier sur la crise ukrainienne.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter