Eurovision : qui est Sylvan Adams, ce milliardaire qui finance la prestation de Madonna ?

International
PORTRAIT - Une grande partie de la facture pour s'offrir Madonna ce samedi soir au concours de l'Eurovision est réglée par Sylvan Adams, selon la presse israélienne. Un milliardaire israélo-canadien récemment arrivé dans le pays.

Une délégation de 135 personnes dont 40 choristes, 25 danseurs et une équipe de techniciens… Pour une apparition de quelques minutes ce samedi soir durant l'Eurovision qui se déroule à Tel Aviv, Madonna a vu les choses en grand. Une performance qui n'aurait pas pu être possible sans Sylvan Adams. Un milliardaire israélo-canadien qui a financé une grande partie du déplacement, et qui s'offre ainsi un joli coup médiatique.


Cet homme d'affaires d'origine canadienne a en effet été la force motrice de l'opération. Une de plus depuis son arrivée en Israël, il y a trois ans. Âgé de 60 ans, Sylvan Adams a en effet fait carrière au Canada dans les pas de Marcel Adams, son père. Un rescapé roumain de la Shoah qui a fondé à la fin des années 1950 Iberville Developments, l’un des plus grands groupes immobiliers au Québec. 

"Evitement fiscal abusif"

Le groupe s’est aussi fait connaître  il y quelques années pour ses démêlés avec le fisc, puisque Sylvan Adams tente depuis une dizaine d'année de récupérer 65 millions d'euros que le fisc lui a réclamé pour "évitement fiscal abusif". La société était en outre détentrice en toute légalité d’un compte à la HSBC en Suisse, lequel était au nom d’une banque créée par la famille Adams à la Barbade, un paradis fiscal ayant un accord avec le fisc canadien.


Depuis son arrivée en Israël, c'est surtout pour sa philanthropie sportive que le sexagénaire -  qui a confié la gestion du groupe à son fils - fait parler de lui. Il a financé la construction avec la mairie de Tel-Aviv d'un vélodrome. Son coût ? 16,6 millions d’euros. Il a aussi développé un institut de la haute performance sportive, à l’université de Tel-Aviv.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter