Eurovision : la victoire de l'Ukraine ravive les tensions politiques avec la Russie

International
DirectLCI
RESULTATS - Les tensions entre la Russie et l'Ukraine se ressentent même sur le plateau du concours de la chanson de l'Eurovision. Après la victoire d'une Tatare de Crimée pour l'Ukraine, la déléguée russe interrogée par le "Petit Journal" de Canal + a émis des doutes quant à la participation de son pays lors de la prochaine édition du concours, prévue en Ukraine.

L’Ukraine a remporté l’Eurovision dans la nuit de samedi à dimanche à Stockholm, avec une chanson très politique, au grand dam de la Russie. Jamala, une Tatare de Crimée de la péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014, a remporté le concours avec "1944", une chanson consacrée à son arrière-grand-mère et à la tragédie vécue par son peuple lors de la déportation stalinienne.

Le président ukrainien Petro Porochenko et son Premier ministre Vladimir Groysman se sont réjouis de cette victoire et ont félicité la chanteuse de 32 ans sur Twitter. "Une prestation et une victoire incroyables ! Toute l'Ukraine vous adresse un grand merci, Jamala", a déclaré le chef d’Etat. "Gloire à l’Ukraine", a renchéri son second. 

A "ces milliers de Tatars de Crimée" dont il ne reste plus rien

"J'avais besoin" de cette chanson "pour me libérer" de cette douleur et rendre hommage à "ces milliers de Tatars de Crimée" dont il ne reste plus rien, "même pas de photos", a confié la chanteuse. Entre les 18 au 20 mai 1944, la quasi-totalité des Tatars de Crimée, peuple musulman d'origine turque alors accusé par Staline d'avoir collaboré avec les nazis, ont été entassés dans des wagons de marchandises et déportés, la plupart en Asie central,e où la moitié d'entre eux sont morts en raison de conditions de vie très rudes. Parmi eux se trouvaient l'arrière-grande-mère de Jamala, avec ses quatre fils et sa fille. Son mari combattait alors les nazis dans les rangs de l'armée soviétique.

A LIRE AUSSI >> Une Tatare de Crimée à l'Eurovision, bonjour l'embrouille

La Russie s’interroge sur sa prochaine participation à l’Eurovision

La Russie avait protesté contre la participation de l'Ukraine en raison des sous-entendus "politiques" de ce morceau, jugé contraire au règlement qui interdit "les paroles, discours ou gestes de nature politique ou similaire". Mais l’Eurovision avait estimé que les paroles étaient de nature "historiques" et validé la chanson.

L'un des principaux dirigeants du soulèvement populaire du Maïdan, qui a mené en février 2014 à la destitution du précédent président ukrainien, a déclaré qu'il serait opportun que l'Ukraine, qui accueillera l'événement l'an prochain, l'organise en Crimée. "Justice serait rendue si le prochain Eurovision avait lieu sur les terres natales historiques de Jamala - la Crimée en Ukraine", a tweeté Mustafa Nayyem.

A ce titre, Moscou s’interroge déjà sur sa participation au concours l’an prochain. Interrogée par le Petit Journal de Canal +, la déléguée russe a émis des doutes quant à la venue de son pays sur le sol ukrainien. En avril dernier, la justice russe a classé l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis, en tant qu'"organisation extrémiste". Les abus visant les Tatars ont été dénoncés par l'ONU, les Etats-Unis et le Parlement européen.

EN SAVOIR +
>>  Les Tatars de Crimée, une minorité prise au piège par la crise en Ukraine >
Eurovision 2016 : Jamala apporte la victoire à l’Ukraine avec une chanson polémique

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter