Ex-espion empoisonné : Poutine prêt à collaborer avec les autorités britanniques

ENQUÊTE - La Russie est accusée par Londres d’avoir empoisonné l’ancien espion russe Sergueï Skripal. "Du grand n’importe quoi", selon Vladimir Poutine qui s’est toutefois dit prêt à collaborer avec les enquêteurs britanniques.

"Que quelqu'un puisse penser qu'en Russie quelqu'un se permettrait de faire de telles choses juste avant l'élection et la Coupe du monde de football, c'est absurde, du grand n'importe quoi, cela n'a pas de sens." Fraîchement réélu président dimanche, Vladimir Poutine a évoqué pour la première fois l’affaire Sergueï Skripal.


Cet ancien agent double russe et sa fille Loulia ont tous deux été empoisonnés par un agent innervant le 4 mars dernier à Salisbury. Et selon Londres, la Russie serait à la manœuvre. Des accusations qui ne tiennent pas debout, à en croire Vladimir Poutine. "La première chose qui me vient à l'esprit, c'est que si un gaz chimique militaire existait, les gens seraient morts sur le coup. C'est évident", a tout d’abord pointé le président. Avant d’assurer que "la Russie ne dispose pas de ce type de moyens. Nous avons détruit toutes nos armes chimiques sous la supervision d'observateurs internationaux". 

En vidéo

Ex-espion empoisonné : "La France condamne avec la plus grande fermeté cette attaque inacceptable sur le sol d'un pays allié", affirme Emmanuel Macron

Quoi qu’il en soit, la Russie est "prête à coopérer" et à "participer aux enquêtes nécessaires", a affirmé Vladimir Poutine. "Pour cela il faut que la partie d'en face (les Britanniques, ndlr) soient aussi intéressés. Pour l'instant, nous ne le voyons pas". Pour rappel, l’affaire Skripal a sensiblement crispé les relations entre le Royaume-Uni et la Russie ces derniers jours. Theresa May a notamment annoncé l’expulsion à venir de 23 diplomates russes. Ce à quoi a rapidement réagi le Kremlin, annonçant samedi l’expulsion de 23 diplomates britanniques

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ex-espion russe empoisonné : une affaire au parfum de guerre froide

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter