Ex-espion russe empoisonné : Paris s'aligne sur la position de Londres et blâme la Russie

DIPLOMATIE - Concernant l'affaire de l'ex-espion russo-britannique empoisonné, Paris a choisi de s'aligner sur la position du gouvernement britannique : ainsi, pour Thérésa May comme pour Emmanuel Macron, l'implication de la Russie dans ce geste ne fait aucun doute. "Il n'y a pas d'autre explication plausible" explique l'Elysée.

Ce jeudi 15 mars dans la matinée, Emmanuel Macron s'est entretenu avec Theresa May, Première ministre du Royaume-Uni, à propos de l'affaire de l'empoisonnement d'un ancien agent double russo-britannique et sa fille, le 4 mars dernier. Les deux dirigeants s'expriment à l'unisson sur ce point de diplomatie internationale : pour eux, "il n'y a pas d'autre explication plausible" qu'un acte de la Russie, explique l'Elysée.

Paris s'aligne donc visiblement sur la position du gouvernement britannique, qui mercredi 14 mars, suspendait les contacts bilatéraux avec Moscou, estimant que la Russie s'était montrée "coupable" de cet empoisonnement de l'ex-espion. Theresa May a aussi annoncé l'expulsion de 23 diplomates russes.


"La France partage le constat du Royaume-Uni qu’il n’y a pas d’autre explication plausible et exprime à nouveau sa solidarité à l’égard de son alliée", a précisé la présidence dans un communiqué. Et la position de la Russie n'a pas tardé face à ces accusations : ce jeudi matin, le Kremlin dénonce la position "absolument irresponsable" de Londres.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ex-espion russe empoisonné : une affaire au parfum de guerre froide

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter