Examen médical de Biden : quels présidents ont laissé temporairement leur pouvoir à leur vice-président ?

Joe Biden

HISTOIRE - Joe Biden s'est absenté quelques heures, ce vendredi, pour subir une coloscopie sous anesthésie générale. Durant ce laps de temps, il a transféré ses pouvoirs présidentiels à sa vice-présidente Kamala Harris. Il est le troisième président des États-Unis à se délester de ses fonctions le temps de quelques heures.

La Maison Blanche a annoncé ce vendredi que Joe Biden avait invoqué l'article 3 du 25e amendement de la Constitution pour transférer temporairement ses pouvoirs présidentiels. Le président américain a subi ce vendredi une coloscopie "de routine", un examen sous anesthésie générale. Sa vice-présidente, Kamala Harris, a donc assuré la présidence des États-Unis par intérim depuis le bureau qu'elle occupe dans la "West Wing" de la Maison Blanche pendant 1h25, selon l'exécutif.

S'il s'agit de la première fois qu'une femme exerce, temporairement, les prérogatives présidentielles aux États-Unis, le passage de relais entre le président et son vice-président n'est pas inédit dans l'histoire américaine. Avant lui, deux autres présidents ont eu recours ce procédé.

George W. Bush remplacé par deux fois par son vice-président

Lors de l'annonce de ce transfert temporaire de pouvoir à Kamala Harris ce vendredi, l'exécutif a précisé que le président George W. Bush avait subi "la même intervention (que Joe Biden) en 2002 et 2007". En 2002, deux ans après que des polypes bénins lui aient été retirés lors d'une coloscopie, le président de 56 ans était retourné sur le billard pour un contrôle et avait laissé son vice-président Dick Cheney occuper ses fonctions. L'intérim avait duré 2h15. En 2007, le vice-président avait à nouveau remplacé George W. Bush pendant 2h05, alors que les médecins lui retiraient cinq petits polypes, sans qu'aucun "ne semble inquiétant"

Un intérim prolongé sous Ronald Reagan après une opération de 8h

Avant lui, seul un président avait renoncé à son autorité en mettant en œuvre l'article 3 du 25e amendement de la Constitution américaine. Il s'agit de Ronald Reagan, qui en 1985, avait subi une intervention chirurgicale. Il avait alors cédé le pouvoir à son vice-président, le père de Bush, George Bush, pendant près de 8h. Alors qu'il devait lui aussi se soumettre à une coloscopie de routine, les médecins avaient repéré une grosse tumeur "précancéreuse" dans son intestin, à la jonction du côlon et de l'intestin grêle. Ils l'avaient opéré sur le champ. Le président de 74 ans avait repris ses fonctions sur son lit d'hôpital, à son réveil.

Un amendement adopté après l'assassinat de Kennedy

Adopté en 1967, le 25e amendement énonce les dispositions relatives au transfert de pouvoir d'un président américain qui décède, démissionne, est démis de ses fonctions ou est incapable de remplir ses fonctions pour d'autres raisons. L'article 3 traite du transfert des pouvoirs présidentiels au vice-président lorsque le directeur général déclare qu'il ou elle est incapable de remplir les pouvoirs et les devoirs de la fonction.

Lire aussi

Les législateurs américains avaient commencé à aborder la question du transfert de pouvoir du chef de l'exécutif à la fin des années 1950, alors que l'état de santé du président Dwight D. Eisenhower déclinait. La question est devenue plus urgente après l'assassinat du président John F. Kennedy en 1963. L'amendement a finalement été adopté par le Congrès en 1965 et ratifié par les trois quarts des 50 États américains deux ans plus tard.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : 72.000 contaminations en 24 heures, un pic jamais atteint, selon O. Véran

Macron présente ses priorités pour la présidence française de l'UE ce jeudi lors d'une conférence de presse

Covid-19 : peut-on recevoir une dose de Moderna après une vaccination Pfizer (et inversement) ?

Avant son débat face à Bruno Le Maire, que propose Eric Zemmour sur l'économie ?

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.