EXCLU TF1 - Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien : "Il faut remettre l'Iran à sa place"

ENTRETIEN - Avant d'échanger avec Emmanuel Macron, le Premier ministre israélien s'est entretenu en exclusivité avec TF1 ce mardi. Il a notamment évoqué les raisons de son refus de l'accord sur le nucléaire iranien, mais aussi le conflit israélien-palestinien.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu était en France dans le cadre de sa tournée européenne. Avant son entretien avec Emmanuel Macron, au cours duquel les deux hommes ont affiché leur désaccord sur le nucléaire iranien, il a accordé un entretien exclusif à TF1.


Alors que Benjamin Netanyahu compte amener les pays européens derrière lui et Donald Trump, afin de constituer un puissant front anti-iranien, les européens veulent pour leur part préserver l'accord sur le nucléaire, dont Washington est sorti avec fracas. 

"Il faut rester dur avec l'Iran", argue ainsi le chef du gouvernement israélien. "Le vrai sujet est : soyons sûrs que l'Iran n'aura pas la bombe. À l'heure actuelle, l'accord tel qu'il était conçu aurait carrément amené un arsenal nucléaire iranien", poursuit-il. "Parce que l'accord, en l'état, revient à dire en gros : 'Allez-y, l'Iran, allez de l'avant. En échange de la suspension de l'enrichissement pour une seule bombe, nous vous donnerons dans quelques années l'opportunité d'enrichir de l'uranium pour une centaine de bombes.' Depuis qu'ils l'ont signé, ils essaient d'engloutir des pays les uns après les autres au Moyen-Orient. Il ne faut pas le permettre, il faut remettre l'Iran à sa place."


Et le Premier ministre d'ajouter : "S'il y a quelque chose que j'ai appris, que le peuple juif a appris, que l'humanité a appris au cours du siècle passé, c'est que quand quelqu’un vous dit par exemple qu’il faut détruire le peuple juif, il faut les croire sur parole". Quelles solutions envisage-t-il ? "Des sanctions puissantes. À chaque fois que l'Iran a été confronté à des sanctions puissantes, handicapantes, il a arrêté."

En vidéo

VIDÉO - Se dirige-t-on vers une guerre entre l'Iran et Israël ?

Les Palestiniens sont toujours imprégnés de l'idée que l'Etat d’Israël ne devrait pas exister. C'est la raison pour laquelle ce conflit dure encoreBenjamin Netanyahu

Benjamin Netanyahu a également abordé le conflit israélo-palestinien, alors que 125 Palestiniens ont été tués par l'armée israélienne, depuis le 30 mars lors de manifestations d'opposition au déplacement de l'ambassade israélienne à Jérusalem. "Les Palestiniens sont toujours imprégnés de l'idée que l'état d’Israël ne devrait pas exister. C'est la raison pour laquelle ce conflit dure encore. S'ils disaient 'ok, nous reconnaissons l'Etat juif, faisons la paix entre nos deux peuples sur ce petit bout de terre', vous l'auriez, la paix. (... ) Le problème c'est qu'ils ne changent pas, alors que le reste du monde arabe est en train de changer."


Le Premier ministre a pourtant validé, il y a quelques jours, l'implantation de 2000 logements dans les territoires palestiniens. Comment justifie-t-il cette décision ? "L'idée que, dans ces territoires, il faille interdire les juifs, est folle. Une fois qu'ils auront accepté le droit de l'Etat juif à exister, je crois que nous serons sur le chemin de la paix. (...) Je suis sûr que ça arrivera, parce qu'ils commencent à se faire à l'idée qu’Israël ne disparaîtra pas. Nous sommes là pour rester. Ils sont là pour rester. Nous trouverons le moyen de vivre les uns avec les autres", a-t-il conclu. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter