Expédition sur l'Océan Arctique : après une vive inquiétude, des nouvelles (un peu) rassurantes de Mike Horn

Expédition sur l'Océan Arctique : après une vive inquiétude, des nouvelles (un peu) rassurantes de Mike Horn
International

EXPÉDITION - Après des informations alarmantes relayées depuis quelques jours, l'entourage de l'explorateur a assuré ce mardi qu'il est "motivé à continuer son aventure jusqu'au bout". Mike Horn et le Norvégien Borge Ousland tentent depuis deux mois de traverser à ski l'Océan Arctique.

"Nous sommes à bout de forces, nous avons perdu beaucoup de poids". Après deux mois sur l'Océan Arctique qu'il tente de traverser avec un camarade, Mike Horn a fait part de son inquiétude lundi sur les réseaux sociaux. Les deux hommes affrontent des conditions chaotiques, compromettant leur expédition. Leur situation se serait néanmoins amélioré ces dernières heures, a confié Annika, la fille de l'aventurier.

"Il a pris le temps de se reposer, pendant une tempête qui a lieu en ce moment au pôle Nord. Et finalement, le vent a changé en leur faveur", a détaillé ce mardi sur Europe 1 la jeune femme. Avant de préciser : "J'ai l'impression qu'il est à nouveau de bonne humeur. Et qu'il est motivé à continuer son aventure jusqu'au bout".

Voir aussi

"Nous nous sentons faibles"

Le Sud-africain Mike Horn et le Norvégien Borge Ousland, respectivement âgés de 53 et 57 ans, ont quitté Nome en Alaska par voilier le 25 août. Ils ont atteint la mer de glace le 12 septembre et voyagent depuis à ski, en tirant des traîneaux chargés de vivres. Au départ, ils envisageaient d'achever leur traversée vers mi-novembre. Mais "à cause du changement climatique, la glace est plus fine que d'habitude et plus encline à dériver", avait expliqué samedi un porte-parole de l'expédition, Lars Ebbesen.

Mike Horn, qui publie régulièrement des messages sur les réseaux sociaux, avait évoqué lundi soir une situation compliquée. "Avec ce climat instable et la dérive des glaces, il nous est extrêmement difficile de prévoir le nombre de kilomètres qu’il nous reste à parcourir. (…) Nous nous sentons faibles et nous n’avons plus beaucoup de nourriture, nous en avons assez pour nous sortir d’ici mais ce sera très dur", a écrit l'explorateur, avant de finalement supprimer le message. Ce dernier était néanmoins accompagné d'une photo de Børge Ouslan, emmitouflé dans son manteau, le nez ensanglanté. Un second message, plus optimiste, a été publié peu après : "Aujourd’hui, malgré nos blessures (comme on peut voir sur la photo), nous nous sentons fatigués, mais inarrêtables. Nous savons que l’arrivée est proche, nous devons maintenant rassembler la force qu’il nous reste pour nous battre et y parvenir".

Il reste un peu moins de 500 kilomètres à parcourir aux deux hommes pour achever leur expédition. Selon Annika Horn, "les chances d'y parvenir sont minimes". Celle-ci espérait donc mettre en place un plan d'urgence : "Parmi les différentes options, on est en train de voir s'il y a des brise-glace dans la région ou si on peut envoyer un hélicoptère", a expliqué la jeune fille la semaine dernière.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent