Explosions avant Dortmund-Monaco : "pas d'éléments" reliant le suspect islamiste à l'attentat

Explosions avant Dortmund-Monaco : "pas d'éléments" reliant le suspect islamiste à l'attentat

ALLEMAGNE - L'enquête sur l’attaque à l’explosif perpétrée mardi contre le bus des joueurs de football du Borussia Dortmund s'annonce difficile. Plusieurs lettres de revendication ont été découvertes, et deux suspects "islamistes" avaient été identifiés mercredi, dont l'un a été interpellé. Mais il n'y a finalement "pas d'éléments" reliant cet homme à l'attentat, indique jeudi matin la justice allemande.

Deux jours après l’attaque à l’explosif contre le bus des joueurs de football du Borussia Dortmund, où l’Espagnol Marc Bartra a été blessé, l’enquête s'annonce difficile. Mercredi,  plusieurs lettres de revendication avaient été découvertes, dont une indiquant que "des personnalités célèbres en Allemagne" et en Occident étaient "sur la liste"de Daech. La police avait également perquisitionné dans la foulée de l'attentat les appartements de "deux suspects appartenant à la mouvance islamiste" et interpellé l'un de ces hommes. Mais il n'y a finalement "pas d'éléments" le reliant à l'attentat, indique jeudi matin la justice allemande.

"L'enquête n'a pas permis jusqu'à présent de trouver d'éléments montrant que le suspect a participé à l'attentat", a indiqué le parquet dans un communiqué, tout en plaçant cet homme en détention pour appartenance au groupe Etat islamique (EI) lors d'un séjour en Irak dans le passé.

Lire aussi

Le caractère terroriste de l'attaque confirmé

Avant cette annonce, les enquêteurs restaient très prudents concernant une éventuelle connexion entre les deux hommes et les faits. En revanche, l’acte ne fait plus de doute : "Compte tenu des modalités opératoires, on peut partir du principe qu'il s'agit d'une attaque à caractère terroriste", avait déclaré mercredi une représentante du parquet, Frauke Köhler.

Lire aussi

Les trois engins qui ont détonné mardi soir au passage du bus de l'équipe de Dortmund, avaient une "force explosive" de 100 mètres, selon le parquet allemand. Ils contenaient des "tiges métalliques", dont l'une a terminé sa course dans le repose-tête d'un siège à l'intérieur du bus.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Passe d'armes entre Marion Maréchal et Marine Le Pen au sujet d'Éric Zemmour

EN DIRECT - Covid-19 : la décrue se poursuit à l'hôpital

INFO LCI - "Pendez les blancs" : la cour d’appel de Paris relaxe Nick Conrad

Que font Eric Zemmour et Marion Maréchal en Hongrie ?

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.