Face à la polémique, United Airlines change sa politique pour éviter le surbooking

International
DirectLCI
CHANGEMENT - United Airlines a décidé de modifier sa politique en matière de vol, huit jours après la violente expulsion d'un passager dans un de ses avions à Chicago. Les employés de la compagne aérienne devront désormais s’enregistrer "au moins une heure" avant le décollage pour limiter les problèmes de surbooking.

United Airlines essaye de rectifier le tir. Huit jours après la polémique autour de l'expulsion musclée d'un passager dans son avion, la compagnie aérienne a décidé de modifier sa politique en matière de vol. Désormais, les membres d’équipage devront obligatoirement s’enregistrer "au moins 60 minutes à l’avance", a indiqué un porte-parole de la compagnie aérienne à la chaîne d'information américaine CNN. 


"Ce changement de politique garantit que des situations comme le vol 3411 ne se reproduisent plus. C'est une de nos premières mesures dans le processus d’une révision de nos politiques pour offrir un meilleur service client", a ajouté Magie Schmerin, elle aussi porte-parole de la compagnie.

En vidéo

United Airlines : le passager, visage ensanglanté, tente de rester à bord

Cette annonce faisant suite au scandale provoqué aux Etats-Unis et sur les réseaux sociaux dans le monde entier par l'évacuation violente par des policiers d'un passager d'un vol de la compagnie dimanche à l'aéroport de Chicago O'Hare. Les images de la scène montrent un homme d'origine asiatique hurler alors qu'on le tire de son siège. On le voit ensuite sur le dos, en train d'être traîné par les mains dans l'allée centrale, saignant de la bouche et chemise relevée sur le ventre.


Pour calmer les choses, United s’était engagée il y a quelques jours à conduire une enquête interne pour examiner et revoir notamment comment ses équipes gèrent les situations de surbooking dans les aéroports et sa politique de dédommagements proposés aux passagers acceptant volontairement de quitter un vol surbooké. Le PDG de la compagnie, Oscar Munoz, s'était également excusé auprès du passager débarqué, ajouant "endosser ses responsabilités et vouloir faire en sorte d'arranger les choses".

United Airlines enchaîne les polémiques

C'est la troisième fois en quelques semaines que le transporteur américain est critiqué pour mauvais traitement de ses passagers. En mars dernier, deux adolescentes qui portaient des leggings s'étaient vues refuser l'embarquement sur un vol Denver-Minneapolis, au motif que ces pantalons n'étaient pas conformes. Plus récemment, un passager d'un vol United reliant Houston, dans le Texas, à Calgary, au Canada a été piqué par un scorpion alors que l'avion était parti depuis environ une heure.


Environ 46.000 passagers en règle sont débarqués de vols surbookés par an aux Etats-Unis mais un compromis est trouvé dans la plupart des cas.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter