Face au manque de détenus dans leurs prisons, les Pays-Bas font preuve d'inventivité

Face au manque de détenus dans leurs prisons, les Pays-Bas font preuve d'inventivité
International

RECONVERSION - Obligés de fermer des prisons par manque de détenus, les Pays-Bas utilisent des solutions alternatives pour les occuper.

Contrairement à de très nombreux pays, notamment la France, les Pays-Bas sont confrontés au problème de la sous-population carcérale. Faute de détenus, le gouvernement a fait fermer entre 2009 et 2016 plus de 33 prisons. Mais ce n’est pas tout. Selon le New York Times, qui cite des chiffres du ministère de la Justice néerlandais, un tiers des cellules de prison sont actuellement vides.

Le phénomène s’explique par une très forte baisse du taux de criminalité, qui est passé sous la barre des 1% en 2016. Cette sous-population carcérale résulte aussi de la philosophie de la justice aux Pays-Bas. Les juges privilégient souvent les programmes de réhabilitation plutôt que les peines de prisons pour les condamnés.

Lire aussi

Les prisons vides transformées en centre pour demandeurs d’asile

Face à la situation, le gouvernement a dû faire preuve de créativité. Plusieurs prisons vides ont été reconverties en centre d’accueil pour demandeurs d’asiles. Les cellules ont été transformées en appartement pour les familles. Les autorités cherchent à offrir le confort absolu à ces migrants en transit ou en attente d’un visa. Certaines des prisons réaménagées ont des gymnases, de grandes cuisines et des jardins extérieurs.

Pour éviter aux occupants de continuer à se sentir dans une prison, les murs extérieurs et les barbelés ont été retirés. Les autorités ont même pris la peine de ne pas loger les anciens prisonniers politiques dans des cellules, à moins qu’ils ne soient d’accord. "Nous voulons que les gens se sentent bien et en sécurité", a confié Jan Holts, porte-parole de l’Agence en charge des demandeurs d’asile, à nos confrères du New York Times.

Les Pays-Bas louent des prisons vides à ses voisins

Si les Pays-Bas savent jouer les bons samaritains, ils ne perdent pas la tête en période d’austérité. Pour remplir les seules prisons vides restantes, les Pays-Bas ont passé il y a quelques années des accords avec le Norvège et la Belgique pour leur permettre d’envoyer des prisonniers. La Norvège a ainsi accepté de payer 25 millions de dollars par an pour louer pendant trois ans la prison de haute-sécurité de Norgerhaven. Actuellement, 232 criminels norvégiens se trouvent dans cette prison. 

De son côté, la Belgique a envoyé plus 500 prisonniers aux Pays-Bas pour une facture de 30 millions d’euros.

Des décisions qui ne plaisent pas à tout le monde

Malgré l’intérêt financier conséquent de cette opération, plus de 2.600 gardiens de prison risquent  de perdre leur emploi au cours des quatre prochaines années si la baisse de la population carcérale se poursuit.

L’opposition, elle, s’inquiète de la baisse du nombre de détenus et considère qu’elle est due à une mauvaise politique de surveillance et au mauvais travail de la police hollandaise.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent