Facebook : Mark Zuckerberg n'est pas hostile à une "régulation de l'internet et des réseaux sociaux"

DirectLCI
DÉCLARATIONS - Au deuxième jour de son audition devant le Congrès américain, le PDG de Facebok a de nouveau défendu le modèle économique de Facebook, tout en affirmant qu'il n'était pas hostile à une régulation de l'internet, l'estimant "inévitable".

"L'importance de l'internet grandit dans le monde et je pense inévitable une certaine forme de régulation". C'est ce qu'a affirmé Mark Zuckerberg au deuxième jour de son audition devant les parlementaires américains sur l'affaire de l'utilisation des données des membres de Facebook. Empêtré dans un scandale de manipulation et de détournement de données personnelles, le PDG de Facebook ne s'est pas montré hostile à "une meilleure régulation d'internet et des réseaux sociaux". "Je ne pense pas qu'il faille se passer de régulation, mais il faut faire attention en la mettant en place", a-t-il toutefois estimé.


"Souvent les régulations appliquées font qu'une entreprise disposant de ressources telles que les nôtres peut les respecter mais pour des entreprises plus petites cela peut être plus difficile de le faire. Ce genre de choses doivent être considérées avec attention lorsqu'on parle des règles qui devraient être mises en place", a ajouté le PDG du réseau social.

Les données de 87 millions de personnes utilisées à des fins politiques

Mark Zuckerberg fait face depuis mardi aux questions des parlementaires américains après avoir été convoqué pour s'expliquer sur les divers scandales qui touchent Facebook. Outre l'affaire Cambridge Analytica qui a vu les données de quelque 87 millions de membres utilisées à des fins politiques, les auditions portent également sur les ingérences russes, via les réseaux sociaux, dans les élections américaines de 2016

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter