Facebook va interdire les messages niant l'Holocauste partout dans le monde

Facebook va interdire les messages niant l'Holocauste partout dans le monde
International

ANTISÉMITISME - La suppression des propos négationnistes et révisionnistes était jusque là réservée aux pays dans lesquels ils sont interdits par la loi, comme la France et l'Allemagne.

C'était l'une des critiques régulières énoncées envers le patron de Facebook : sa réticence à bannir les messages haineux. Mark Zuckerberg a annoncé lundi 12 octobre que les messages niant l'Holocauste sur le réseau social seraient désormais censurés partout dans le monde.

"Nous retirons depuis longtemps les messages d'apologie des crimes motivés par la haine de l'autre et des tueries de masse, y compris l'Holocauste. Mais avec la montée de l'antisémitisme, nous étendons notre règle pour interdire tout contenu qui nie ou déforme l'Holocauste aussi", a déclaré lundi Mark Zuckerberg, le patron du géant des réseaux sociaux, sur son profil Facebook.

Jusqu'alors, ces propos n'étaient supprimés que dans les pays où ils sont punis par la loi, tels que la France et l'Allemagne. Aux Etats-Unis, révisionnisme et négationnisme ne sont pas prohibés et la jurisprudence les place sous la protection du premier amendement de la Constitution, qui garantit la liberté d'expression. "J'ai bataillé avec ce dilemme, entre soutenir la liberté d'expression et les dommages causés par le fait de minimiser ou de nier l'horreur de l'Holocauste", a précisé le fondateur de la plateforme. 

Mark Zuckerberg revient ainsi sur une position longuement défendue. En 2018, il affirmait que les utilisateurs de ses plateformes avaient le droit de "se tromper". "Je ne crois pas que notre plateforme doive supprimer les messages [négationnistes], parce qu’il y a des choses sur lesquelles des gens se trompent. Je ne pense pas qu’ils se trompent de manière intentionnelle."

Un quart des Américains âgés de 18 à 39 ans doutent de l'Holocauste

"Ma propre réflexion a évolué en voyant les données qui montrent une hausse des violences antisémites", explique-t-il. Un communiqué de Facebook cite par ailleurs une étude selon laquelle près d'un quart des Américains âgés de 18 à 39 ans penseraient que l'Holocauste est un mythe, ou ne seraient pas sûrs que les faits ne soient pas exagérés.

Lire aussi

De nombreuses associations luttant contre l'antisémitisme se sont réjouies de cette décision. "Enfin une bonne nouvelle au milieu de cet océan de haine", a tweeté la ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra)

Cet été, des groupes de défense des droits civiques avaient organisé un boycott de plusieurs réseaux sociaux afin de leur mettre la pression pour qu'ils prennent des mesures contre les discours incitant à la haine. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Reconfinement : le mode d’emploi des attestations de déplacement

EN DIRECT - Attentat de Nice : un homme suspecté d'avoir été en contact avec l'assaillant interpellé

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pourrez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Un nouveau confinement et des rues loin d'être vides

Reconfinement : les commerces qui devront fermer, ceux qui vont rester ouverts

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent