Fièvre Ebola : "une épidémie sans précédent" en Guinée, selon MSF

Fièvre Ebola : "une épidémie sans précédent" en Guinée, selon MSF

DirectLCI
SANTÉ - Deux cas de fièvre Ebola ont été confirmés au Liberia, pays voisin de la Guinée où sévit ce virus mortel et hautement contagieux, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Ce virus a fait au moins 78 morts depuis le début du mois de janvier.

La fièvre hémorragique virale Ebola est désormais transfrontalière en Afrique de l'Ouest. Deux nouveaux cas ont été confirmés au Liberia, alors que la Guinée voisine essaye, tant que faire se peut, d'enrayer la propagation de ce virus qui a fait au moins 22 morts dans le pays, selon un dernier bilan. Médecins Sans Frontières (MSF), qui possède des équipes dans les pays touchés, a estimé lundi qu'il s'agissait d'une "épidémie sans précédent" en Guinée.

Ce virus, qui comporte cinq sous-types, se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus des sujets infectés, qu'il s'agisse d'hommes ou d'animaux, vivants ou morts. Hautement contagieux, le virus mortel Ebola, qui tire son nom d'une rivière de République Démocratique du Congo (RDC) où il a été repéré pour la première fois en 1976, ne peut être empêché par aucun vaccin ni traitement. Les soins médicaux ne peuvent que "diminuer les symptômes - poussée de fièvre, myalgies et maux de gorge -, empêcher la progression de la maladie, ou apaiser les souffrances des patients", comme l'explique MSF.

En Guinée, "la souche la plus agressive et meurtrière"

En Guinée, la fièvre hémorragique virale auquel fait face le pays depuis janvier a causé 78 morts sur 122 cas recensés. La moitié des cas déclarés d'Ebola concerne Conakry, la capitale, tandis que l'autre moitié se concentre dans des villes du Sud comme Guéckédou ou Macenta, considérées comme l'épicentre de l'épidémie. Le virus identifié dans le pays serait "de type Zaïre", à savoir "la souche la plus agressive et la plus meurtrière, selon Michel Van Herp, membre de MSF actuellement à Guéckédou. Cette souche tuerait "plus de neuf personnes sur 10".

Cette propagation du virus Ebola a engendré la panique chez les résidents dont certains, comme à Conakry, ont décidé de rester chez eux ou, du moins, de limiter leurs déplacements. De même, un concert du célèbre musicien sénégalais Youssou Ndour, qui devait avoir lieu samedi soir, a été reporté. Le Sénégal a de son côté fermé, samedi, ses frontières terrestres (sud et sud-est) avec la Guinée pour prévenir toute contamination. Le pays a également suspendu la tenue d'un marché hebdomadaire qui, en temps normal, rassemble dans le sud du pays des milliers de personnes des Etats voisins. Pour Michel Van Herp, il s'avère capital pour "circonscrire l'épidémie", de "remonter toute la chaîne de transmission. Tous les contacts des patients susceptibles d'avoir été contaminés doivent être surveillés et isolés dès les premiers signes d'infection". Un travail de titan.
 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter