Changement d'heure : quel résultat pour la consultation lancée par la Commission européenne ?

DirectLCI
A LA BONNE HEURE – Six mois après l'adoption d'une résolution visant à sa suppression au Parlement européen, les citoyens européens sont consultés depuis début juillet sur la question du changement d'heure. Une plateforme est ouverte jusqu'à ce jeudi 16 août.

Vous ne savez jamais s’il faut avancer ou reculer votre horloge alors qu’on vous parle de changement d’heure en mars et octobre ? Bonne nouvelle pour vous : cela sera peut-être bientôt de l’histoire ancienne. La mesure en vigueur depuis 1976 en France a connu un coup d’arrêt potentiel, début février 2018, avec l'adoption par le Parlement européen d'une résolution visant à mettre fin au changement d’heure, été et hiver, dans l’Union européenne. Dans la foulée, la Commission européenne a lancé une consultation en ligne, ouverte le 4 juillet dernier. Sa clôture approche : les citoyens européens ont jusqu'à ce jeudi 16 août pour se prononcer pour ou contre la fin de cette mesure.

Quelque 384 députés européens sur 549 avaient voté oui à la fin du changement d'heure, sans que cela ne valide la mesure avec effet immédiat. Il s’agit pour le moment d’une recommandation du Parlement à la Commission européenne. Pour que la résolution devienne applicable, il faut désormais l’assentiment des dirigeants des 28 Etats membres de l’UE. Un système unifié verrait alors le jour dans l’UE, n’empêchant nullement les autres pays non membres d’appliquer le changement d’heure qui est également en vigueur dans le reste du monde. La France se retrouverait alors en permanence à GMT+1.

Pour peaufiner le texte, l’eurodéputée française Karima Delli (Verts/ALE) et d’autres élus avaient multiplié les études. Le service de recherche du Parlement avait ainsi demandé leur avis aux récents Prix Nobel de médecine sur le biorythme humain. Ils notent que 20 % des personnes connaîtraient des problèmes de santé "pour synchroniser" le changement d’heure. Les enfants sont particulièrement concernés. En termes de sécurité routière, le passage à l’heure d’hiver aurait aussi un impact avec une hausse du nombre d’accidents de piétons le soir. D’autres rapports médicaux soulignent un lien entre changement d’heure, consommation de somnifères et suicides, explique Ouest France, rappelant que, pour cette raison, la Russie a abandonné le passage à l’heure d’été en 2011.


Les pays du Nord sont généralement les plus favorables à l’abandon du changement d’heure. Ils ont été suivis par d’autres pays, s'était félicité à l'époque Karima Delli, porteuse du texte. L’adoption du passage à l’heure d’été (+1 heure) s’est faite en France dès 1916 dans le but de faire des économies d’énergie. Abandonné en 1945, le changement d’heure a fait son retour en 1976, époque du choc pétrolier, dans l’optique de limiter l’usage de l’éclairage artificiel. Mais nombreux sont les observateurs qui ont affirmé que ces modifications bisannuelles n’apportaient aucun bénéfice en matière d’économies d’énergie réelles.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter